VIDEO. Voilà ce qui se passe quand on demande un locataire "franco-français" à une agence immobilière

Voir la vidéo

En caméra cachée, franceinfo s'est fait passer pour un propriétaire aux critères discriminatoires dans douze agences immobilières en région parisienne. 

Le patron d'une agence immobilière de Palaiseau (Essonne) et son fils comparaissent, mercredi 12 septembre, devant le tribunal correctionnel d'Evry. Ils sont soupçonnés d'avoir incité leurs chargés de clientèle à refuser des dossiers selon l'origine des clients. 

Si les affaires de ce type n'aboutissent pas toujours devant la justice, le secteur immobilier est souvent épinglé pour ses pratiques discriminatoires. En janvier 2017, la fiche technique d'un appartement vendu par une agence du groupe Laforêt mentionnait "pas de Noir". 

>> Retrouvez l'intégralité de notre enquête sur le racisme ordinaire dans les agences immobilières

Franceinfo a testé douze agences immobilières en caméra cachée à Paris et en banlieue. Nous nous sommes fait passer pour un propriétaire souhaitant louer son bien selon des critères racistes. Résultat : six agents ont accepté notre demande, l'autre moitié nous a poliment opposé un rappel à la loi.

"Pas de problème, on est habitués"

"Si je vous dis, je préfère un Franco-Français, ça ne vous choque pas ?" lance ainsi la journaliste de franceinfo à un agent immobilier. Sa réponse est sans équivoque : "Non, ça ne me choque pas. Non, il n’y a pas de problème. On est habitués." A l'inverse, un autre rappelle qu'"on ne peut pas refuser à quelqu’un de visiter un appartement".

Parmi les réactions des professionnels, il y a tout de même une constante : la majorité ne manifeste aucune surprise face aux requêtes discriminatoires. Ce qui traduit une banalisation de ce type de demandes, voire une certaine complaisance à leur égard.

Vous êtes à nouveau en ligne