VIDEO. En Iran, à Brunei, en Russie... Comment les homosexuels sont-ils traités à travers le monde ?

BRUT

Récemment, à Brunei, le sultan Hassanal Bolkiah a instauré dans le code pénal la lapidation pour les homosexuels. Malheureusement, ce n'est pas le seul pays du monde où ils sont brutalisés.

À Brunei, l'homosexualité est punie à coups de pierres pour les hommes et les relations entre femmes sont passibles de 10 ans de prison. Le sultanat figure sur la longue liste des pays qui considèrent les rapports homosexuels comme un crime.

En effet, certains chefs d'État ont des propos homophobes particulièrement hostiles : "En Iran, il n'y a pas d'homosexuels contrairement aux pays occidentaux", expliquait Mahmoud Ahmadinejad. L'ancien Président iranien punissait les lesbiennes par flagellation et les hommes étaient passibles de peine de mort pour ce "crime". Ces traitements sévissent toujours dans le pays.

Certains homosexuels sont aussi fouettés en public comme dans la province indonésienne d'Aceh où la loi islamique est strictement appliquée depuis 2001. "Beaucoup de gens sont venus voir la flagellation parce qu'ils haïssent de tels péchés", soutient un habitant de la région. 

La discrimination au-dessus des lois 

Dans certains pays, même s'ils ne sont pas considérés comme des criminels, les membres de la communauté LGBT sont également discriminés. En Russie, l'homosexualité est décriminalisée depuis 1993 et n'est plus considérée comme une maladie mentale depuis 1999. Pourtant, les actes de "propagande" homosexuelle auprès des mineurs sont punis d'amendes ou de prison. "Il y a un certain nombre de lois homophobes en Russie et il faut faire quelque chose contre ça", explique une femme lesbienne indignée.

En France, le mariage des couples de personnes de même sexe est légal depuis bientôt six ans. Malheureusement, en 2017, 1026 victimes d'actes homophobes ont été comptabilisées. 

Vous êtes à nouveau en ligne