Toulouse : un bizutage géant en école d'infirmiers

Voir la vidéo

A Toulouse, en Haute-Garonne, 250 étudiants infirmiers ont subi un bizutage le 5 septembre 2018. Cette pratique est interdite en France depuis 1998 et une enquête a été ouverte en interne.

Une séance de bizutage géante a eu lieu le 5 septembre 2018 à l'IFSI de Toulouse en Haute-Garonne. Elle concerne 250 étudiants infirmiers de première année. Les auteurs sont une centaine de deuxième année, qui n'ont pas hésité à interrompre un cours. "Ils nous ont attachés avec du Scotch, les uns aux autres, parfois par deux, parfois par plus. Ça avait l'air de jeux, mais en fait on était couverts de tout : huile, vinaigre, ketchup, mayonnaise...J'ai vu de la pâtée pour chats, de la soupe de poissons", témoigne anonymement une victime de ce bizutage. Des dessins à caractère sexuel ont aussi été tracés sur les joues des étudiantes. Notre témoin critique l'omerta au sein de l'encadrement : "Les profs, non seulement ils tolèrent, mais là ils nous incitent à nous taire!" Une enquête interne a été ouverte.

Le bizutage est interdit en France depuis 1998

Le bizutage est considéré comme un délit depuis 1998, passible de six mois de prison et 7 500 € d'amende. Pourtant, ces pratiques humiliantes persistent. Il est souvent compliqué de récolter des témoignages, car les étudiants craignent des représailles. Entre 2010 et 2016, la justice n'a condamné que 34 personnes pour bizutage.

Vous êtes à nouveau en ligne