Panneaux solaires : quand l'investissement vire à l'arnaque

FRANCE 2

Les arnaques sont de plus en plus fréquentes dans le domaine des panneaux solaires. France 2 a rencontré plusieurs victimes de commerciaux peu scrupuleux qui, aujourd'hui, croulent sous les dettes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il y a environ un an, Bernard Jeanpierre a décidé d'installer des panneaux solaires flambant neufs sur le toit de sa maison. L'installation a couté 77 000 euros et n'a, depuis, jamais été mise en fonctionnement. "J'ai tout payé cash, c'est l’économie d'une vie qui est partie", déplore-t-il. Un jour, un commercial démarche Bernard, il lui vend une installation qu'il décrit comme "ultra-performante" pour justifier son prix largement plus élevé que ceux du marché. Ils ont été installés sans autorisation de la mairie, les bons de commande semblent incohérents. Nous avons joint le commercial en question par téléphone, il estime que la vente a eu lieu en toute légalité. La justice statuera en septembre prochain, car Bernard a porté plainte.

Des faux logos pour tromper le consommateur

Sur internet, l'entreprise affiche un nom et un logo aux allures très officielles. Certains installateurs peu scrupuleux aiment faire croire au consommateur qu'il a affaire à une société agréée. C'est ce qui a convaincu Guillaume Phelipon de commander, lui aussi, des panneaux solaires à un démarcheur à domicile. Un logo indique notamment un partenariat avec GDF, ce qui est faux. Dans son cas, les panneaux solaires n'ont jamais quitté le sol, ils sont restés pendant des mois entassés dans son jardin. La société installatrice ne donne plus de nouvelles, elle a fait faillite.

La banque, elle, réclame les mensualités du prêt qui a servi à financer les 26 000 €. Guillaume refuse de payer, la banque l'assigne en justice et lance une hypothèque judiciaire sur sa maison. Il vient de gagner son procès face à la banque, mais l'escroquerie a fait basculer sa vie. Sans domicile, il a dû retourner vivre chez sa mère.

Son avocate parisienne gère des centaines d'affaires d'arnaques aux panneaux photovoltaïques. Selon elle, les banques qui accordent les crédits sont les premiers coupables. Le marché, soutenu par les pouvoirs publics, a connu une forte progression. Et avec lui, les arnaques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne