Manifestation contre les violences policières à Paris : une personne condamnée à huit mois de prison, trois autres seront jugées en septembre prochain

Au moins 20 000 personnes ont manifesté mardi 2 juin à Paris pour dénoncer le racisme et les violences policières.
Au moins 20 000 personnes ont manifesté mardi 2 juin à Paris pour dénoncer le racisme et les violences policières. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Malgré l'interdiction de la préfecture de police de Paris, au moins 20 000 personnes avaient manifesté, mardi soir, dans le nord de la capitale pour dénoncer le racisme et les violences policières.

Sur les sept personnes majeures déférées au parquet de Paris après leur arrestation mardi 2 juin, dans la soirée, en marge de la manifestation contre les violences policières à Paris, une a été condamnée en comparution immédiate, jeudi 4 juin, à huit mois de prison avec mandat de dépôt avec mandat de dépôt pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, a appris franceinfo de source judiciaire.

Une manifestation interdite

Trois autres personnes sont convoquées pour être jugées le 22 septembre prochain pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique accompagnées ou dégradations. Les trois dernières personnes qui étaient en garde à vue ont été déférées devant le délégué du procureur de la République, où elles ont écopé d’un rappel à la loi, avec interdiction de paraître dans le 17e arrondissement de la capitale.

Malgré l'interdiction de la préfecture de police de Paris, au moins 20 000 personnes avaient manifesté, mardi soir, dans le nord de la capitale pour dénoncer le racisme et les violences policières. Le rassemblement initié par la famille d'Adama Traoré avait débuté devant le palais de justice, dans le 17e arrondissement, en présence de plusieurs personnalités comme le chanteur Abd Al Malik ou l'écrivaine Virginie Despentes. De son coté, l'acteur Omar Sy a appelé depuis Los Angeles à manifester contre le racisme en France.

Vous êtes à nouveau en ligne