Le Premier ministre canadien, en larmes, s’excuse auprès la communauté LGBT

Dans son discours au Parlement, Justin Trudeau, très ému, a présenté ses excuses au nom des gouvernements successifs du pays à la communauté LGBT pour la discrimination dont elle a été victime. 

« Aujourd’hui, nous reconnaissons une partie, souvent négligée, de l’histoire de notre pays. » Justin Trudeau, Premier ministre canadien, a prononcé un discours d’une tonalité grave, mardi 28 novembre, devant le Parlement.

« Nous ne laisserons jamais cela se produire à nouveau. »

Il s’est officiellement excusé auprès des « communautés lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer et bispirituelle » qui ont été victimes d’« oppression, [de] criminalisation et [de] violence systémique » de la part du Canada. En dénonçant le rôle joué par les gouvernements successifs dans la perpétuation de la discrimination contre ces communautés, Justin Trudeau espère que « nous pourrons commencer à guérir ensemble ».

Il a eu des mots très forts : « pour vous avoir rendus invisibles et vous avoir humiliés, nous sommes profondément désolés. Nous avions tort. Nous nous excusons. » Puis, en rappelant que jusqu’en 1988 l’homosexualité était considérée comme « un crime », il souhaite également exprimer son « admiration » à ceux qui « ont résisté lorsque c’était impopulaire et même dangereux de le faire ». 

Au fur et à mesure de son discours, il n’a pas pu contenir ses larmes. Il a fini par promettre que « Nous ne laisserons jamais cela se produire à nouveau. »

3 000 homosexuels seront indemnisés

Le Canada a finalement conclu une entente sur l’indemnisation d’environ 3 mille homosexuels victimes de discrimination pour un peu plus de 100 millions de dollars canadiens, l’équivalent de 66 millions d’euros. De plus, un mémorial sera érigé à Ottawa en souvenir des milliers de fonctionnaires, policiers et militaires qui ont été renvoyés, brimés ou encore aux personnes suicidées en raison de leur orientation sexuelle.

Vous êtes à nouveau en ligne