Journée "justice morte" : "Ce n'est pas une justice bâclée", défend Nicole Belloubet qui met en avant un effort budgétaire "exceptionnel"

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à Paris, le 21 novembre 2018.
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à Paris, le 21 novembre 2018. (ALAIN JOCARD / AFP)

La ministre de la Justice a expliqué jeudi sur franceinfo que sa réforme vise à "rapprocher la justice du justiciable".

La ministre de la Justice défend sa réforme. "Ce n'est pas une justice bâclée", a assuré Nicole Belloubet jeudi 22 novembre sur franceinfo alors que les magistrats observent une nouvelle journée "justice morte". Elle a expliqué que son projet de loi vise à "rapprocher la justice du justiciable" avec des délais plus courts notamment, et a insisté sur l'effort budgétaire "exceptionnel" qui est fait.

Alors que les magistrats accusent le gouvernement de "casser la justice", la ministre a dénoncé des propos "trop sévères" et "vraiment excessifs".

Je crois que tout ce que nous avons construit et tout ce que les parlementaires adoptent pour le moment ne vise pas du tout à casser la justice mais vise au contraire à rapprocher la justice du justiciable et à faire en sorte que les jugements de qualité soient rendus dans des délais les meilleurs et en proximité des justiciables.Nicole Belloubet, ministre de la Justiceà franceinfo

Nicole Belloubet a cité l'exemple des affaires de viol qui aujourd'hui "sont déqualifiées et sont transformées en délit" alors que sa réforme permettra de faire respecter "la vérité judiciaire" en jugeant un crime "en tant que tel" dans des "cours criminelles" qui permettront "de continuer à entendre les victimes, les témoins", et de "rendre un jugement dans des délais plus rapides".

La ministre a rappelé que le budget de la Justice va augmenter de 25%, un effort "exceptionnel". Selon elle, il atteindra 9 milliards d'euros et permettra le recrutement de 6 000 personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne