"Gilets jaunes" : l’ex-boxeur Christophe Dettinger va faire appel de son placement en détention provisoire

L\'ancien boxeur Christophe Dettinger frappe un gendarme lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" du 5 janvier.
L'ancien boxeur Christophe Dettinger frappe un gendarme lors de la manifestation des "gilets jaunes" du 5 janvier. (IAN LANGSDON / EPA)

Il a été écroué le 9 janvier dans l'attente de son procès, prévu le 13 février.

Christophe Dettinger, l'ancien boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes à Paris en marge d’une mobilisation des "gilets jaunes" va faire appel de son placement en détention provisoire, indique un de ses avocats à franceinfo, mercredi16 janvier. 

Il devait être jugé en comparution immédiate, le 9 janvier à l'issue de sa garde à vue, pour "violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique" à Paris, mais le tribunal correctionnel de Paris a accepté de renvoyer l’affaire qui se tiendra le 13 février prochain. L'ancien boxeur avait réclamé un délai pour préparer sa défense. Dans l’attente de son procès, il a été écroué, conformément aux réquisitions du parquet.

Christophe Dettinger est accusé d'avoir frappé deux gendarmes samedi 5 janvier, à Paris, sur la passerelle Leopold-Sédar-Senghor, qui relie les deux rives de la Seine au niveau du musée d'Orsay.

Il encourt sept ans de prison et 100 000 euros d'amende.

Soutenu par de nombreux "gilets jaunes"

Une cagnotte avait été lancée, en ligne, pour aider l'ancien boxeur à payer sa défense. Plus de 115 000 euros avaient été récoltés en 24h, mais face à la polémique, le site Leetchi l'avait stoppée.

Stoppée, mais pas annulée, précisait le site internet, qui assurait que la somme sera reversée, non pas au créateur de la cagnotte comme c’est le cas habituellement, mais à l’avocat de Christophe Dettinger, uniquement sur présentation de devis et de notes d’honoraires.

Vous êtes à nouveau en ligne