Les sujets du jour
Emmanuel MacronPolitique de santéPrélèvement à la sourceRetraitePhotos de l'EI publiées par Marine Le PenAffaire Sophie Le Tan

DIRECT. Mort de Clément Méric : "Je suis formel : Dufour portait un poing américain. C'était pas des bagues", assure un témoin à la barre

Samuel Dufour, l'un des trois accusés du procès de la mort de Clément Méric, à la barre devant la cour d'assises de Paris, le 4 septembre 2018. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Le jeune homme de 18 ans avait trouvé la mort dans une rixe en 2013.

Après le témoignage des proches, les témoins de la rixe. Le procès des meurtriers de Clément Méric, ce jeune homme de 18 ans tué en 2013 lors d'une bagarre entre militants d'extrême gauche et d'extrême droite, se poursuit, vendredi 7 septembre, devant la cour d'assises de Paris. Franceinfo vous propose de le suivre en direct.

Le témoignage poignant de la mère. A la barre, jeudi, Agnès Meric s'est adressé au meurtrier de son fils, Esteban Morillo. "Est-ce qu'on a quelque chose d'humain en commun ? Si on est humain, on doit se sentir concerné par quelque chose de si important, qui nous lie", a-t-elle lancé.

 Une bagarre mortelle. Le 5 juin 2013, la rencontre d'un petit groupe de militants antifascistes et de skinheads proches du mouvement d'extrême droite Troisième voie lors d'une vente privée de vêtements, à Paris, tourne à la bagarre de rue. Frappé à plusieurs reprises au visage, Clément Méric, un étudiant en sciences politiques de 18 ans, s'effondre. Il décède le lendemain des suites d'une hémorragie cérébrale.

 Trois accusés. Les principaux accusés, Esteban Morillo et Samuel Dufour, 25 ans tous les deux, sont jugés notamment pour coups mortels, aggravés par le fait qu'ils ont été infligés en réunion et avec une arme. Le troisième, Alexandre Eyraud, est lui accusé de faits de violences ayant entraîné une ITT inférieure ou égale à huit jours, là aussi aggravés par les mêmes circonstances. Ils encourent respectivement vingt et cinq ans de prison.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MERIC

Il précise que "cinq ans, c'était y'a longtemps. Y'a bcp de choses qui sont floues." Il préfère répondre directement aux questions de la cour plutôt que de refaire le récit du jour des faits #clémentméric

"C'est pas évident d'être là aujourd'hui. Je ne suis pas non plus à l'aise devant la cour après l'expertise médicale. J'ai perdu un ami que j'ai vu mourir devant moi", commence Steve Domas, visiblement ému #clémentméric

C'est maintenant Steve Domas, ami de #clémentméric présents lors des faits, qui témoigne à la barre

15h44 :

C'est au tour de Steve Domas, ami de Clément Méric, d'être entendu, mais les événements, qui remontent à 2013, sont "flous", explique-t-il.

14h52 :

Ce légiste conclut que "d'après les blessures observées", il n'est "pas possible d'exclure l'utilisation d'objets métalliques". Il peut s'agir, selon lui, d'un poing américain ou de "bagues contiguës avec des reliefs suffisamment aiguisés".

Comment expliquer ces expertises contradictoires ? Le scanner est plus précis, explique ce médecin, qui confirme qu'il peut-être compliqué de déceler une fracture des os propres du nez durant une autopsie ou sur une radio #clémentméric

Le médecin, s'appuyant sur le scanner, conclut à "une fracture des os propres du nez". "On voit très clairement que l'aile droite du nez est fracturée mais aussi enfoncée". #clémentméric

Le scanner est projeté dans la salle d'audience. Image très dure pour la famille de #clémentméric, qui souhaite malgré tout rester présente pour "la manifestation de la vérité". On peut voir le crâne, enfoncé en plusieurs endroit. Silence dans la salle d'audience

En plus, il a réalisé un scanner du crâne de #clémentméric. Les médecins précédents avaient pu réaliser un examen clinique + une radio. #clémentméric

Le médecin légiste entame sa déposition. Il a eu accès en 2015 à "une gde partie du dossier médical" de #clémentméric, et aux constatations du Samu et du 1er médecin légiste qui a réalisé l'autopsie.

L'audience va bientôt reprendre dans le procès #clémentméric. Au programme de ce vendredi après-midi : une expertise médicale (contradictoire par rapport à celles d'hier) et les dépositions des amis de Clément Méric

14h15 :

Le procès du meurtre de Clément Méric reprend. Notre journaliste Mathilde Goupil est sur place.

13h34 :

Vous êtes plusieurs à nous interroger sur Serge Ayoub, leader d'un groupuscule d'extrême droite et témoin clé dans le procès du meurtre de Clément Méric, militant antifa. Serge Ayoub a transmis à la cour un certificat médical valable jusqu'au 10 septembre. Il était convoqué hier et avait fait savoir à la cour qu'il viendrait "si son état de santé le lui permettait". Il ne s'est pas présenté. La cour lui soumettra donc une nouvelle date, la semaine prochaine, m'explique notre journaliste qui suit le procès, Mathilde Goupil.

12h31 :

Bonjour, il y a une petite confusion dans votre message. Serge Ayoub, leader d'un groupuscule d'extrême droite, dont le témoignage est en effet très attendu au procès du meurtre de Clément Méric, n'est pas en vacances. Il a transmis à la cour un certificat médical attestant de son impossibilité à se rendre au tribunal cette semaine. Il était convoqué hier mais ne s'est donc pas présenté.

12h28 :

Qu'en est il de Serge Ayoub qui devait être présent mais est en vacances (!) a t'il été sommé par notre Justice de se présenter où est ce que la police l'a interpellé sur son lieu de vacances ? Son témoignage est particulièrement important et attendu il me semble. Merci.

Comme d'autres avant lui, l'ancien SDF a du mal à se rappeler des faits. La présidente note des incohérences dans sa description du skin qui frappe #clémentméric entre son témoignage d'aujourd'hui, et celui juste après les faits.

Il se rappelle voir le skin donner "un coup de poing dans le nez" de #clémentméric, qui s'effondre. Selon lui, la bagarre continue encore un peu après, puis les skins partent en courant.

Il affirme avoir vu #clémentméric, jusque-là "en retrait", se diriger "les bras le long du corps" vers un skin, qui portait "un poing américain en métal doré" et était "en train de frapper un autre jeune"

On entend désormais le témoignage d'un (ancien) SDF, qui a assisté à la bagarre. Selon lui, ce sont les skins qui ont débuté l'affrontement. "Les skins poussaient le groupe des jeunes" #clémentméric

10h50 :

La quatrième journée d'audience a débuté au procès des agresseurs de Clément Méric. Le tribunal entend notamment un ancien sans-abri témoin de la mort du jeune antifasciste. Notre journaliste Mathilde Goupil est sur place.