Affaire Fiona : la Cour de cassation ordonne un nouveau procès en appel pour la mère de la fillette

Un nouveau procès en appel sera programmé (illustration).
Un nouveau procès en appel sera programmé (illustration). (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

La mère de Fiona, condamnée en appel à vingt ans de réclusion pour des coups mortels sur sa fille, devrait être libérée rapidement.

La Cour de cassation décide, dans un arrêt rendu mercredi 20 février, de casser la condamnation en appel pour Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, à vingt ans de réclusion pour des coups mortels sur la fillette de cinq ans, a appris franceinfo de source proche du dossier. Elle suit les réquisitions de l'avocate générale.

Un nouveau procès en appel sera programmé. En première instance, en 2016, à Riom (Puy-de-Dôme), Cécile Bourgeon a été condamnée à cinq ans de prison, uniquement pour avoir fait croire à l'enlèvement de sa fille. Ayant déjà purgé cette peine, avec la détention provisoire, elle devait donc être libérée rapidement.

La mère de famille a été condamnée en appel, en février 2018, par les assises de Haute-Loire, pour les coups sur sa fille, qui a disparu en mai 2013, et dont le corps n'a jamais été retrouvé.

"Un soulagement" selon l'avocat de Cécile Bourgeon

L'avocat de Cécile Bourgeon, Renaud Portejoie, salue sur franceinfo "la victoire du droit sur les a priori". "Cette cassation est une consécration de l'acquittement qui avait été prononcé par la cour d'assises de Riom. Mais c'est surtout la victoire du droit sur les a priori et les fantasmes qui avaient été véhiculés par l'opinion publique sur Cécile Bourgeon et sur les faits qui lui étaient reprochés", estime l'avocat.

En première instance, en 2016, sa cliente avait été condamnée à cinq ans de prison, uniquement pour avoir fait croire à l'enlèvement de sa fille. Ayant déjà purgé cette peine, avec la détention provisoire, elle devait donc être libérée rapidement. "La conséquence immédiate est que Cécile Bourgeon doit être libérée normalement cet après-midi [mercredi], j'attends que le parquet général fasse le nécessaire auprès de la maison d'arrêt de Corbas", a déclaré Renaud Portejoie. Selon l'avocat, cet arrêt de la Cour de cassation est "évidemment un soulagement" : "Elle attendait cette libération depuis plusieurs mois".

Elle a toujours contesté être responsable, de quelque manière que ce soit, du décès de sa fille Fiona, et je rappelle quand même que la cour d'assises de première instance l'avait acquittée pour ces faits criminels et l'avait simplement condamnée pour la non-assistance à personne en danger.Renaud Portejoieà franceinfo

Renaud Portejoie dit espérer un nouveau procès "véritablement équitable" : "J'espère que la justice pourra passer sereinement dans un climat qui ne sera pas délétère".

Vous êtes à nouveau en ligne