Devenir médecin après des études de philo ou d'histoire, ce sera (en théorie) possible

La PACES, la première année communes aux études de santé, ne sera plus un passage obligé pour les étudiants en médecine.
La PACES, la première année communes aux études de santé, ne sera plus un passage obligé pour les étudiants en médecine. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Le gouvernement souhaite diversifier les accès aux métiers de la santé et ne plus recruter uniquement des profils scientifiques.

Pourra-t-on devenir médecin après des études d'histoire ou de philosophie ? En théorie, ce sera possible, affirme le gouvernement, qui souhaite diversifier les accès aux métiers de la santé et ne plus recruter uniquement des profils scientifiques.

Une "machine à broyer les bons élèves"

Pour être admis en études de santé, les étudiants ne passeront plus par la PACES, la première année communes aux études de santé, avec à la fin de l'année le très contesté concours qui faisait la part belle au par coeur, "la machine à broyer les bons élèves", commente le gouvernement. À partir de 2020, pour accéder aux études de médecine, de dentiste, ou encore de pharmacie, il sera possible d'y parvenir par quasiment toutes les licences, même celles qui semblent le plus éloigné.

De la philo à l'éthique en médecine

"Quelqu'un qui a décidé de s'intéresser à la philosophie va apprendre quelque chose d'extrêmement important en tant que professionnel de santé : la définition de l'éthique" , détaille Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur. "Pourquoi ne pourrait-il pas avoir envisagé dans un premier temps de faire des études de philosophie avant de se dire que ce qui l'intéresse est de réfléchir à cette question d'éthique en santé, et donc rejoindre des études en santé plus tard ?"

Un recrutement plus large et plus riche. Mais pour accéder aux études de santé, il demeurera toujours une forme de sélection, peut-être un concours après une deuxième ou troisième année de licence. Si l'étudiant échoue, il pourra toujours poursuivre ses études dans la filière dans laquelle il s'était engagé après son bac.

Vous êtes à nouveau en ligne