Vente aux enchères : le Petit Prince comme vous ne l'avez jamais vu

Aquarelle originale utilisée pour l\'illustration du Petit Prince. Antoine de Saint-Exupéry.
Aquarelle originale utilisée pour l'illustration du Petit Prince. Antoine de Saint-Exupéry. (ARTCURIAL)

Des dessins inédits du Petit Prince sont vendus aux enchères ce mercredi. Sur cette série d'esquisses réalisée à l'encre noire, on y découvre le héros de Saint-Exupéry dans sa face sombre et dramatique.

C'est une série de onze croquis, dessinés deux ans avant la publication du livre au succès mondial et traduit dans 270 langues. Ces dessins inédits du Petit Prince, signés par Saint-Exupéry, sont vendus aux enchères chez Artcurial, à Paris, ce mercredi.

Une ambiance très sombre

Sur ces esquisses, on reconnaît la trame de l'histoire, mais on voit surtout le célèbre garçon aux cheveux d'or comme on ne l'a jamais vu. Dans une ambiance très sombre, le Petit Prince a ici les cheveux noirs. Sur un autre, son visage est émacié. Sur cet autre, le garçon est coincé au milieu de grands pics rocheux, au bord d'un précipice, avec un monstre la gueule ouverte. "Dans le livre du Petit Prince, on a une image à peu près similaire, où on le voit assis sur un mur, avec un serpent qui sort en dessous. Bon, la scène a l'air plus gentillette, là ça a un côté assez dramatique, qu'on n'a pas du tout tel quel dans l'histoire définitive", explique Guillaume Romaneix, chargé de la vente chez Artcurial.

La genèse du Petit Prince

Ces onze croquis ont été dessiné à l'encre noire, en 1942 ou 1943, quand Antoine de Saint-Exupéry vivait à New-York. C'est là-bas qu'il a écrit le Petit Prince : "On a tous un petit dessin qu'on fait souvent, pendant des réunions un peu longues par exemple. Saint-Exupéry faisait souvent un petit dessin avec toujours le même visage. Voyant ce dessin, des éditeurs, des amis lui ont conseillé de faire une histoire de tout ça", raconte Guillaume Romaneix

C'est de là qu'est née l'histoire du Petit Prince.Guillaume Romaneixà franceinfo

L'aviateur avait confié cette série de croquis à une amie très proche, Silvia Hamilton, avant de rejoindre le Maghreb en 1943, pendant la guerre. La série est estimée entre 80 000 et 100 000 euros. Deux aquarelles et la dernière lettre de Saint-Exupéry avant sa mort sont également mis en vente. La lettre se termine avec ces mots dramatiques: "Si je suis descendu je ne regretterai absolument rien (...) Moi j'étais fait pour être jardinier". 

Vous êtes à nouveau en ligne