Rentrée littéraire : "Un phénomène très français" car la France "est une patrie littéraire"

Françoise Rossinot, la commissaire générale du salon du livre de Nancy, lors de la conférence de presse de présentation du salon qui lance la rentrée littéraire et aura lieu du 7 au 9 septembre.
Françoise Rossinot, la commissaire générale du salon du livre de Nancy, lors de la conférence de presse de présentation du salon qui lance la rentrée littéraire et aura lieu du 7 au 9 septembre. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

567 nouveaux romans sont dans les rayons pour cette rentrée 2018, "un chiffre jamais atteint depuis 2007", se félicite sur franceinfo, Françoise Rossinot, la future déléguée générale de l'académie Goncourt. 

La rentrée littéraire "est un phénomène qui est très français", a expliqué vendredi 31 août sur franceinfo Françoise Rossinot, la commissaire générale du salon du livre de Nancy, alors que 567 nouveaux romans sont présents dans les librairies françaises en ce mois de septembre 2018. "On est une patrie littéraire". Selon elle, cette rentrée est "très attendue par le public. Cela permet de lire tout l'automne. C'est un vrai bonheur".

94 premiers romans sur les 567 sorties de la rentrée

Parmi les nouveautés littéraires de la rentrée figurent 94 premiers romans, un chiffre jamais atteint depuis 2007 qui est "très revigorant", a jugé Françoise Rossinot.

C'est très difficile dans une rentrée littéraire de faire exister un livre, déjà quand l'auteur est connu. Quand c'est un premier roman, c'est encore plus dur. Là, il y a une vraie mise en lumière des primo romanciers.Françoise Rossinot, la commissaire générale du salon du livre de Nancyà franceinfo

Les "goncourables" seront annoncés le 7 septembre à Nancy

Le livre sur la place de Nancy, qui se tient du 7 au 9 septembre, fête sa 40e édition. Le salon "donne le top départ de cette rentrée", a indiqué Françoise Rossinot qui a précisé que le salon fera "d'autant plus la rentrée littéraire que les 10 académiciens Goncourt qui présideront le salon, annonceront, à Nancy le vendredi 7 septembre, la première sélection pour le prix Goncourt, les 15 goncourables".

Françoise Rossinot, qui va devenir la déléguée générale de l'académie Goncourt, a ajouté également que le prix Goncourt a toujours le rôle prescripteur. "C'est le grand prix que l'on attend. On voit cette effervescence des éditeurs et des écrivains". Mais selon elle, le prix Goncourt n'a pas qu'une aura nationale. "Derrière le Goncourt, 11 pays votent pour le choix Goncourt. Il y a, internationalement, une promotion de la littérature française qui est totalement unique et qui est importante pour la langue française."

Vous êtes à nouveau en ligne