Les musées d'Orsay et de Pont-Aven signent un partenariat, "gage de confiance"

Rénové, agrandi le musée de Pont-Aven (Finistère) signe un partenariat avec le musée d\'Orsay à Paris
Rénové, agrandi le musée de Pont-Aven (Finistère) signe un partenariat avec le musée d'Orsay à Paris (FRED TANNEAU / AFP)

Le musée d’Orsay à Paris célèbre vendredi ses 30 ans et s'offre un quatrième partenariat avec des musées en région. Celui de Pont-Aven en Bretagne vient de bénéficier d'une convention, aux multiples avantages. 

Le musée d’Orsay à Paris fête vendredi 9 décembre ses 30 ans, fort d'une moyenne de 3,5 millions de visiteurs par an. L'institution, en possession de 168 000 œuvres vient de signer un partenariat avec le musée de Pont-Aven dans le Finistère, en Bretagne. Il s'agit du quatrième accord de ce type conclu avec des musées en région. 

De Giverny à Pont-Aven

Le premier partenariat a été conclu en 2009 avec le musée des Impressionnismes de Giverny, le jardin de Claude Monet, dans l'Eure. Il y a eu ensuite une convention avec le musée Pierre Bonnard au Cannet (Alpes-Maritimes) en 2012, puis avec le musée Gustave Courbet à Ornans (Doubs) en 2014. Cette année, c'est au tour du musée de Pont-Aven, dans le Finistère, de faire l'objet d'un partenariat, quelques mois seulement après sa réouverture à l'issue de trois années de travaux.

Selon Xavier Rey, directeur des collections au musée d’Orsay, le bâtiment breton, "agrandi et rénové" présente "toutes les normes de conservation et de présentation des grandes expositions". "Son objet et sa collection sont dévolus à la Bretagne au XIXe siècle qui recouvre tout à fait les collections du musée d’Orsay", précise Xavier Rey.  

Des œuvres de Gauguin désirées en Bretagne

Le musée de Pont-Aven va obtenir plus facilement des prêts du musée d’Orsay, "jusqu’à une quinzaine d’œuvres dans une exposition qui en compte une cinquantaine", souligne directeur des collections au musée d’Orsay. Parmi les œuvres iconiques présentes dans les collections d’Orsay, il y en a deux que la directrice du musée de Pont Aven, Estelle Guille des Buttes, aimerait particulièrement faire revenir en Bretagne. Il s'agit du Talisman de Paul Sérusier, peint sous la dictée de Gauguin et de La belle Angèle, de Paul Gauguin, chef de file d'artistes expérimentaux, un groupe appelé l'Ecole de Pont-Aven. "La toile n'a été prêtée au musée de Pont-Aven qu'une seule fois, dans les années cinquante, un retour serait emblématique", déclare Estelle Guille des Buttes.

Un atout pour emprunter à l'étranger

Le musée de Pont-Aven compte également sur le label Orsay pour asseoir sa crédibilité et gagner en visibilité, notamment à l’étranger. "Quand on va faire des demandes de prêt aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, le fait que le musée d'Orsay nous soutienne, c’est un gage de confiance", se réjouit la directrice du musée de Pont Aven. Le musée a déjà gagné la confiance des visiteurs : ils ont été 120 000 à s’y rendre depuis sa réouverture le 26 mars dernier. Le musée de Pont-Aven est ainsi devenu le premier musée des Beaux-Arts de Bretagne. 

Les musées d'Orsay et de Pont-Aven signent un partenariat : un reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne