Le Boléro de Béjart, un tube planétaire

FRANCE2

Le célèbre boléro de Ravel est de retour à l’Opéra de Paris. À cette occasion, France 2 revient sur les origines de cette partition entêtante. 

Un soliste sur une table rouge, et des danseurs tout autour. Une musique obsédante, une chorégraphie simple en apparence. Et pourtant, le boléro de Béjart est un tube planétaire. Pourquoi ? Réponse dans le choix du 20 heures. La première version de ce ballet de 27 minutes date de 1928. Composé par Maurice Ravel pour la danseuse russe Ida Rubinstein, c’est l’histoire d’une gitane dansant sur les tables d’une taverne. Trente-trois ans plus tard, le chorégraphe Béjart reprend cette idée et en fait un chef-d’œuvre. 

1979, premier ballet unisexe

Il place une femme au centre d’une table. Telle une grande prêtresse, elle envoûte les hommes par sa danse langoureuse. Pour Béjart, les hommes placés autour du cercle représentent le rythme, la femme au milieu la mélodie. En 1979, il va encore plus loin et crée le premier ballet unisexe en remplaçant la femme par un homme. Cette version triomphe. À l’opéra de Paris, Marie-Agnès Gillot partagera donc le rôle avec un homme et une femme. Ils préparent ce crescendo en forme de sacrifice qui les mènera jusqu’à la mort. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne