La Garenne-Colombes : une maison pavillonnaire de l'exposition universelle retrouvée 130 ans plus tard

Philippe Le Port devant la maison de l\'exposition universelle, en 2018.
Philippe Le Port devant la maison de l'exposition universelle, en 2018. (PHILIPPE LE PORT / DR)

Il s'agit du pavillon de Haïti, utilisé pour l'exposition universelle de 1889 à Paris. Mosaïques, piliers : certains éléments architecturaux d'origine sont encore en place.

130 ans plus tard, une maison pavillonnaire de l'exposition universelle de 1889 à Paris a été retrouvée dans la commune de La Garenne-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Nommée "Pavillon de Haïti", son âge et son origine ont été prouvés par deux passionnés d'art patrimonial, dont Philippe Le Port, qui a "trouvé" la maison : "Les poteaux actuels sont d'époque", explique-t-il en montrant les piliers de la bâtisse. Ce sont les poteaux qu'il y avait au Champ-de-Mars en 1889, à côté de la Tour Eiffel"

Un panneau de céramique architectural

Au premier regard, impossible de deviner que cette maison a plus d'un siècle. La toiture est neuve, la peinture récente. Mais elle affiche un détail qui a attiré l'attention de Philippe, un beau jour de mars 2018 : "Un panneau de céramique architectural, ce sont des céramiques qu'on vient coller au mur qui font le décor, c'est typique de l'architecture entre 1880 et 1910, raconte-t-il. Là le panneau est quand même d'une taille importante. Une céramique architecturale inhabituelle", conclut-il. 

Le pavillon de Haïti pour l\'exposition universelle de 1889 à Paris. 
Le pavillon de Haïti pour l'exposition universelle de 1889 à Paris.  (CPLP)

Comparaison avec les plans de l'époque

Cette grande façade en céramique est multicolore, avec le mot "Haïti" affiché en lettres majuscules. Philippe Le Port est intrigué et prend immédiatement une photo. Passionné par les monuments patrimoniaux, il envoie le cliché à une amie spécialiste : "Une heure plus tard, elle revient vers moi et me dit qu'en surfant sur internet, elle a trouvé des informations selon lesquelles la tradition orale dit que ça peut être un bâtiment d'exposition universelle, sans informations supplémentaires"

Le pavillon de Haïti, pour l\'exposition universelle de 1889 à Paris. 
Le pavillon de Haïti, pour l'exposition universelle de 1889 à Paris.  (CPLP)

Les deux passionnés font quelques recherches sur Gallica, une plateforme qui archive tous les documents anciens. Au bout d'une semaine, leurs hypothèses sont confirmées : "On a trouvé des plans sur lesquels il y avait un pavillon de Haïti, c'était l'exposition universelle de 1889 et quand on comparait ce plan avec la bâtisse actuelle, on savait que sur le plan c'était un bâtiment qui faisait dix mètres par dix mètres", raconte-t-il. 

Grâce au propriétaire qui m'avait très gentiment ouvert sa maison, j'avais pu prendre les dimensions du bâtiment, qui faisait justement dix par dixPhilippe Le Port, passionné d'art architecturalà franceinfo

Trois autres pavillons du même type en région parisienne

Grâce au propriétaire, Philippe Le Port récupère des tuiles de toiture d'époque. Bleues, vertes, noires, les pigments de couleurs sont encore intacts. Autour de la maison, les voisins sont assez surpris de l'existence d'un tel bâtiment : "Je n'étais pas du tout au courant de ça, je trouve ça intéressant d'avoir une maison qui fait partie de l'histoire et du patrimoine, il faut protéger ça, mais c'est dommage qu'on ne la découvre que maintenant", expliquent-ils. En région parisienne, il existe au moins trois autres pavillons du même type.

La Garenne-Colombes : une maison pavillonnaire de l'exposition universelle retrouvée 130 ans plus tard. Le reportage de Samuel Monod.
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne