L'Académie française ne voit "aucun obstacle de principe à la féminisation" des noms de métiers

L\'Institut de France, qui abrite notamment l\'Académie française, à Paris, le 9 octobre 2018. 
L'Institut de France, qui abrite notamment l'Académie française, à Paris, le 9 octobre 2018.  (MAXPPP)

Les académiciens ont adopté un rapport préconisant la féminisation des noms de métiers.

"Professeure", "auteure" ou "autrice"... L'Académie française a adopté, jeudi 28 février, à "une large majorité", un rapport sur la féminisation des noms de métiers (document PDF) soulignant qu'il n'existait "aucun obstacle de principe" à la "féminisation" des noms de métiers et de professions.

"Si la féminisation des noms de fonctions, de titres et de grades fait apparaître des contraintes internes à la langue française qu’il n’est pas possible d’ignorer, il n’existe aucun obstacle de principe à la féminisation des noms de métiers et de professions. Celle-ci relève d’une évolution naturelle de la langue, constamment observée depuis le Moyen Age", explique le texte adopté par les académiciens.

Dans leur rapport, ils indiquent également que "s'agissant des noms de métiers, l’Académie considère que toutes les évolutions visant à faire reconnaître dans la langue la place aujourd’hui reconnue aux femmes dans la société peuvent être envisagées, pour peu qu’elles ne contreviennent pas aux règles élémentaires et fondamentales de la langue, en particulier aux règles morphologiques qui président à la création des formes féminines dérivées des substantifs masculins".

Pas de "liste exhaustive" de noms de métiers

L'Académie française ne compte cependant pas "dresser une liste exhaustive des noms de métiers et de leur féminisation inscrite dans l'usage ou souhaitable", ni "édicter des règles de féminisation des noms de métiers" en arguant que ce serait "une tâche insurmontable".

"Il convient de laisser aux pratiques qui assurent la vitalité de la langue le soin de trancher", a indiqué l'Académie. 

Vous êtes à nouveau en ligne