VIDEO. Vols de Picasso, Matisse, Modigliani... "L’homme-araignée", l'antiquaire et le receleur jugés à Paris

France 3

"L’homme-araignée", principal suspect dans un vol de tableaux digne d’un film, est jugé devant le tribunal correctionnel de Paris, lundi. Cambrioleur et acrobate, il avait réussi en 2010 à dérober 5 toiles de maître au Musée d’Art moderne à Paris.

Le pigeon au petit pois, de Picasso, La nature morte au chandelier, de Fernand Léger, La femme à l’éventail de Modigliani, un Matisse et un Braque. Ces cinq toiles estimées à plus de 100 millions d’euros sont toujours introuvables sept ans après leur vol au Musée d’Art moderne de Paris. Trois hommes répondent de ce casse au tribunal correctionnel de Paris, lundi 30 janvier.

Des oeuvres jetés à la poubelle ?

Le 20 mai 2010, le voleur s’est introduit dans le musée sans difficulté par une baie vitrée dont il descelle la vitre. Les détecteurs de mouvement sont défaillants depuis deux mois et les alarmes déclenchées par des bris de vitre hors service.  Puis le voleur a découpé les toiles, sous le nez des vigiles.

Les enquêteurs suivent un homme, Vjeran Tomic, un voleur bien connu de la police, qui a des liens avec deux receleurs, Jean-Michel Corvez et Yoanathan Birn. Les hommes reconnaissent les faits, mais des questions restent sans réponse : qui a commandité le vol, et surtout, où se trouvent les tableaux ? Un des complices prétend les avoir jetés à la poubelle. Une version peu convaincante. L'audiennce se poursuivra vendredi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne