Immersion : ma vie aux enchères

FRANCE 2

Les ventes aux enchères ne sont pas réservées qu'aux riches collectionneurs. À Rennes (Ille-et-Vilaine), il existe une salle des ventes, où les chineurs au budget plus restreint peuvent également se faire plaisir.

"La gravure du 18e siècle, Saint Antoine", "deux petits meubles" : Jean-Christophe, employé de banque, n'est pas peu fier de nous présenter ses trophées. Il a eu ces meubles pour 400 euros pièce. Il n'a pas un gros budget. Les enchères, c'est son hobby pour acquérir des objets d'art. Une passion qui lui prend du temps. Les ventes aux enchères à Rennes (Ille-et-Vilaine), c'est tous les lundis. Et le matin, les 300 objets à vendre sont exposés. Il a découvert les salles des ventes par hasard il y a cinq ans. Cette fois-ci, un autre meuble le fait craquer. "Le meuble est beau, il présente bien [...] c'est tentant d'aller au-delà de la limite qu'on se fixe", reconnaît-il.

Belles affaires

Arrive l'heure de la vente : c'est le grand déménagement. "Il faut aller vite et faire très attention à la fragilité des objets", explique la commissaire-priseur. Chacun des objets est précisément rangé dans l'ordre de la vente. Elle doit ensuite pouvoir repérer les signes très discrets que lui font les potentiels acquéreurs, intéressés par un objet ou un autre. Et il faut aussi suivre les enchères par téléphone et internet. Certains meubles partent parfois à plus de dix fois le prix estimé. À l'inverse, il est parfois possible de faire de belles affaires. C'est le cas de Jean-Christophe, qui repart ce jour avec la commode qui lui plaisait tant. "On sent la palpitation qui monte, et puis quand le coup de marteau retentit, c'est parfait", se réjouit-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne