États-Unis : Louise Bourgeois pourrait devenir l'artiste féminine la plus chère de l'histoire

FRANCE 2

La célèbre araignée de métal réalisée par l'artiste pourrait atteindre des records aux enchères de New York (États-Unis) dans les heures qui viennent. "Le choix du 20 heures", avec Nicolas Lemarignier, s'est penché sur cette œuvre hors norme.

D'habitude, elles inspirent la peur. Cette araignée, en revanche, fait saliver les collectionneurs du monde entier. En 1997, la plasticienne française Louise Bourgeois a réalisé une séries d'araignées monumentales en bronze. L'une d'elles, créée en 1999 et intitulée Maman est exposée devant les plus prestigieux musées de la planète. Dans les heures qui viennent, une de ces araignées sera mise aux enchères à chez Christie's à New York, aux États-Unis. 

Une araignée maternelle

Les plus petites des sculptures ont des pattes de 7 mètres de long, les plus imposantes s'élèvent à 22 mètres de hauteur Si certains voient dans ces araignées des figures effrayantes, c'est pourtant un témoignage d'amour de la part de Louise Bourgeois. Un hommage à sa mère. Née en 1911, l'artiste est la fille d'un couple qui tient un atelier de restauration de tapisseries anciennes sur les bords de la Bièvre. Enfant, la petite Louise regarde sa mère tisser le fil... une mère décédéé à l'âge de 53 ans des suites de la grippe espagnole. "Je l'ai perdue quand j'avais 18 ans, et là, je suis devenue totalement perdue", racontait l'artiste en 2007. 

Les traumatismes d'enfance aux sources de son art

La perte de sa mère est un traumatisme pour Louise Bourgeois. Et une partie de son oeuvre a été guidée par ce drame. Par opposition, la haine de son père coureur de jupons a été l'une de ses autres sources d'inspiration tout au long de sa carrière. 

A travers ses araignées gigantesques, Louise Bourgeois rend un hommage à sa mère mais elle veut aussi tordre le cou aux idées reçues sur ces petites bêtes. Pour elle, c'est un animal intelligent qui dévore les moustiques qui transmettent les virus et les maladies.

En 2015, une première araignée avait été vendue 28 millions de dollars. Pour celle qui sera vendue dans les heures qui viennent, l'estimation de départ se situe entre 25 et 35 millions de dollars. Si les enchères s'envolent, Louise Bourgeois, décédée en 2010, pourrait devenir l'artiste féminine la plus chère de l'histoire de l'art. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne