Washington teste un nouveau missile, un mois après le retrait des Etats-Unis du traité INF sur les armes nucléaires

Capture d\'écran d\'une vidéo diffusée par le ministère de la Défense américain, où l\'on voit le lancement du missile-test à proximité de Los Angeles, en Californie, le 19 août 2019. 
Capture d'écran d'une vidéo diffusée par le ministère de la Défense américain, où l'on voit le lancement du missile-test à proximité de Los Angeles, en Californie, le 19 août 2019.  (SCOTT HOWE / THE DEFENSE DEPARTMENT OF THE US / AFP)

C'est la première fois que ce type de missile est testé depuis la Guerre froide. Moscou dénonce une "escalade des tensions militaire".

La course aux missiles reprend. Les Etats-Unis ont annoncé lundi 19 août avoir réalisé avec succès leur premier test de missile de portée intermédiaire depuis la Guerre froide, un mois tout juste après leur retrait du traité INF sur les armes nucléaires. La Russie a immédiatement réagi en dénonçant l'essai : "Les Etats-Unis prennent de manière flagrante le chemin d'une escalade des tensions militaires", a affirmé le vice-ministre russe des Affaires étrangères. 

Le test, concluant, a été effectué dimanche depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, à 14h30 heure locale (21h30 GMT), a rapporté le Pentagone. "Le missile testé a quitté sa rampe de lancement terrestre et touché avec précision sa cible après plus de 500 km de vol", a détaillé le ministère américain de la Défense dans un communiqué. "Les données recueillies et les leçons tirées de ce test donneront au ministère de la Défense les informations nécessaires au développement de nouvelles armes de moyenne portée", conclut le Pentagone.

Le test a été mené par l'US Navy, en coopération avec le bureau des capacités stratégiques du Pentagone. Si le prototype testé dimanche est conventionnel, tout missile peut, par la suite, être équipé de tête nucléaire.

Démonstration de force face à la Russie

Le 2 août dernier, les Etats-Unis ont quitté le traité de désarmement INF qui abolissait les tests et l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5 500 km. Le jour-même, le pays annonçait le développement de nouveaux missiles sol-air, en réponse au missile russe 9M729. Selon les Occidentaux, Moscou viole le traité INF, alors que le Kremlin insiste sur le fait que son nouveau missile a une portée maximale de "480 km". A l'époque, Washington précisait que des recherches sur ces systèmes de missiles avaient commencé en 2017, tout en restant dans les limites du traité INF sur les Forces nucléaires intermédiaires.

Signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, le traité INF avait permis l'élimination des missiles russes SS20 et des américains Pershing, mettant fin à "la crise des euromissiles", dernier soubresaut de la Guerre froide.

Vous êtes à nouveau en ligne