Tour Eiffel : une faille dans la sécurité du site

FRANCE 2

Ce vendredi 5 mai à Paris, des militants Greenpeace sont montés sur la tour Eiffel pour déployer une banderole "Liberté, égalité, fraternité". Une action anti FN qui pose la question de la sécurisation de nos lieux publics en plein état d'urgence.

Des militants de Greepeace ont escaladé le pilier nord de la tour Eiffel ce vendredi 5 mai à Paris, pour accrocher une banderole au premier étage : un slogan contre le Front national. À 5h25 ce matin, une dizaine de membres de l'association a fait irruption sur ce site interdit d'accès la nuit.

20 millions d'euros pour sécuriser le site

Ni les barrières ni les agents de sécurité n'ont empêché l'intrusion, ce qui inquiète dans le public et à la préfecture. La banderole a été retirée et douze militants interpellés. La tour Eiffel a rouvert au public. "Quelles que soient les motivations de cette action médiatique, elle révèle d'évidence, dans le contexte actuel, des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité de la tour Eiffel", a communiqué la préfecture de police de Paris. À l'automne, la protection de la tour Eiffel sera considérablement renforcée avec, tout autour du site, un mur en verre résistant aux balles de 2,5 mètres de haut. Coût de l'installation : 20 millions d'euros pour sécuriser l'un des monuments les plus visités au monde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne