Strasbourg : arrêt prolongé de six semaines pour un adolescent blessé au visage par un tir de LBD

Lilian, blessé par un LBD
Lilian, blessé par un LBD (OLIVIER VOGEL/RADIOFRANCE)

Un adolescent, blessé au visage par un tir de LBD, est immobilisé chez lui.

Un lycéen de 16 ans dont la mâchoire a été fracturée - selon les premières constatations des médecins - par un tir de LBD, le 12 janvier dernier en marge de la manifestation des "gilets jaunes", a vu son arrêt prolongé de six semaines, selon France Bleu Alsace. Il ne peut donc toujours pas retourner au lycée. L'enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), elle, n'est pas encore terminée.

L'adolescent immobilisé chez lui

Près de deux mois après les faits, Lilian est toujours bloqué chez lui, la mâchoire traversée par quatre broches de métal, d'après les informations de France Bleu qui a rencontré l'adolescent. Ce dernier raconte que, le 12 janvier dernier, il était allé faire les magasins avec un ami au centre commercial des Halles et, qu'en sortant, il est tombé sur une manifestation des "gilets jaunes". Lilian explique qu'il observait la scène : certains manifestants étaient opposés aux policiers qui essuyaient des jets de projectiles. C'est à ce moment-là que l'adolescent a reçu un projectile au visage qui lui a cassé la mâchoire. Selon les premières constatations des médecins, il s'agirait bien d'une balle de LBD.

Pour Flaure, la mère de Lilian, il faut gérer l'organisation des soins de son fils - qui doit encore garder ses broches à la mâchoire plusieurs semaines - et ses cours de seconde. Des professeurs bénévoles viennent à domicile pour l'aider à ne pas décrocher. Ce qui énerve Flaure, c'est la lenteur de l'enquête : "Je n'arrive pas à comprendre pourquoi c'est aussi long parce qu'il y a les images, la vidéo-surveillance. Quand c'est un délinquant, on arrive à le condamner vite mais quand c'est la police, ça traîne."

La mère de l'adolescent a déposé plainte juste après les faits. Elle explique avoir été contactée par l'lGPN, qui lui a indiqué qu'elle aurait bouclé son enquête d'ici la fin du mois de mars.

Vous êtes à nouveau en ligne