Sahel : 600 jihadistes tués par l'armée française depuis 2015

FRANCE 3

Le gouvernement français met en avant jeudi 28 février son bilan contre les jihadistes au Sahel. L'opération Barkhane a permis de neutraliser plus de 600 jihadistes depuis 2015.

L'un des principaux chefs jihadistes au Sahel a été tué il y a une semaine par des militaires français au Mali, dans une opération jugée spectaculaire par la ministre des Armées, Florence Parly. Une prise parmi d'autres pour l'opération Barkhane, lancée en 2015 et qui a permis de tuer plus de 600 jihadistes, dont 200 seulement l'an dernier. 4 500 soldats français sont pour cela déployés sur la zone, en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad.

Des succès qui n'empêchent pas la progression

"On n'est jamais présents exactement au même endroit, donc on tâche que l'ennemi ne décèle pas nos intentions (sic)", explique le colonel Patrik Steiger, de l'État-major des armées. Fin 2017, Emmanuel Macron avait souhaité que l'accent soit mis sur cette opération. Grâce à un soutien aérien accru et une meilleure coopération avec les armées des autres pays, il y a eu des succès tactiques pour la France, qui n'ont cependant pas empêché la progression de la menace vers d'autres zones.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne