Macron va devoir apporter des "preuves d'amour" aux armées notamment en mettant "vraiment en œuvre son projet ambitieux"

Emmanuel Macron, le 4 juillet 2017, dans le sous-marin \"Le Terrible\".
Emmanuel Macron, le 4 juillet 2017, dans le sous-marin "Le Terrible". (FRED TANNEAU / POOL)

Michel Goya, ancien colonel des troupes de Marine, a estimé, jeudi sur franceinfo, que les annonces d'Emmanuel Macron sur la base aérienne d'Istres (Bouches-du-Rhône) seront jugées "dans les années à venir".

Emmanuel Macron a rendu un hommage appuyé aux militaires, jeudi 20 juillet, sur la base aérienne d'Istres, dans les Bouches-du-Rhône, au lendemain de la démission du chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers. "Il y a l'amour, mais il faut surtout les preuves d'amour", a commenté sur franceinfo Michel Goya. Pour l'ancien colonel des troupes de Marine, "on jugera les choses très concrètement dans les années à venir".

franceinfo : Le discours du chef de l'État est-il rassurant pour les soldats français ?

Michel Goya : Pas vraiment. Ce discours est identique à celui du 13 juillet dernier, les phrases malheureuses en moins. Il y a sensiblement le même hommage aux soldats avec un accent particulier sur ceux qui composent la force aérienne stratégique. Il rappelle les engagements budgétaires futurs, mais le débat en cours sur cette question a été, malgré tout, un peu mis à l'écart. Il s'engage solennellement à ce que le budget de la défense soit porté à 2% du PIB d'ici 2025, mais c'est mal parti.

Emmanuel Macron a rendu hommage aux soldats en disant : "Je sais ce que la Nation vous doit", n'est-ce pas suffisant ?

C'est le minimum de ce qu'il pouvait faire, mais ce n'est pas suffisant. Après, il estime une fois de plus qu'exposer les problèmes est considéré comme un discours de défaite. Emmanuel Macron dit donc à nouveau de manière plus feutré : "Fermez-la, je suis le chef". Quand il dit que 900 millions d'euros en moins, cela n'aura pas d'impact, c'est faux. Il y aura forcément un impact.

La rupture est-elle consommée entre l'armée et le chef de l'État ?

Il y aura un avant et un après. C'est incontestable. Il y a l'amour, mais il faut surtout les preuves d'amour. En réalité, on jugera les choses très concrètement dans les années à venir. Cette crise s'effacera si ce projet ambitieux est vraiment mis en œuvre et permettra de faire sortir l'armée de la crise dans laquelle elle se trouve depuis un certain nombre d'années.

"Cette crise s'effacera si ce projet ambitieux est vraiment mis en œuvre", Michel Goya
--'--
--'--