Lyon : l'homme qui a menacé avec un couteau une patrouille Sentinelle hospitalisé d'office dans un établissement psychiatrique

Des soldats de l\'opération Sentinelle à Lyon (Rhône), le 27 février 2019. 
Des soldats de l'opération Sentinelle à Lyon (Rhône), le 27 février 2019.  (NICOLAS LIPONNE / NURPHOTO / AFP)

"Lors de son audition par les enquêteurs, il a expliqué son comportement par son état dépressif, affirmant avoir voulu mourir et ne pas avoir eu l'intention de blesser ou de tuer les militaires", explique le parquet de Lyon dans un communiqué lundi. 

L'homme blessé par balle par un soldat de l'opération Sentinelle dimanche 16 juin dans l'enceinte de l'hôpital militaire de Lyon, après avoir menacé des militaires, a été hospitalisé sous contrainte dans un établissement psychiatrique, a annoncé lundi le parquet.

Placé en garde à vue peu après les faits, celle-ci a été levée lundi "en fin d'après-midi à la suite d'un examen psychiatrique", précise le parquet de Lyon dans un communiqué.

"Lors de son audition par les enquêteurs, il a expliqué son comportement par son état dépressif, affirmant avoir voulu mourir et ne pas avoir eu l'intention de blesser ou de tuer les militaires", ajoute le parquet. 

Inconnu des services de police et de justice

Peu avant 15 heures dimanche, cet homme de 26 ans, de nationalité française et "vêtu d'une djellaba" selon le parquet, a été aperçu dans l'enceinte de l'hôpital Desgenettes, situé dans le 3e arrondissement de Lyon. 

Une patrouille de militaires en charge de la sécurisation du site lui a intimé l'ordre de s'arrêter, mais l'individu a continué sa progression couteau à la main, en direction des militaires. L'un d'eux a fait feu à une reprise, après sommations, le blessant à une jambe.

L'homme est inconnu des services de police et de justice et "n'est pas non plus connu des services spécialisés en charge de la radicalisation", assure le parquet.

Vous êtes à nouveau en ligne