Guyane : trois militaires décèdent lors d'une opération contre l'orpaillage

FRANCE 2

Une opération de lutte contre l'orpaillage en Guyane a coûté la vie à trois militaires français et en a blessé un autre grièvement, victimes d'émanations toxiques, mercredi 17 juillet.

Le sergent-chef Edgar Roellinger avait 27 ans. Les caporaux-chefs Mickaël Vandeville, 30 ans et Cédric Guyot, 31 ans. Trois militaires sont décédés mercredi 17 juillet en Guyane. Dans un communiqué, la ministre des Armées confirme et évoque une "mort accidentelle". Tous les trois effectuaient une mission au cœur de la forêt amazonienne. Vers 16 heures, mercredi, alors qu'ils posaient des charges explosives dans une galerie les militaires ont été victimes d'émanation toxiques. Cinq autres soldats ont été blessés dont un grièvement.

500 soldats mobilisés contre l'orpaillage clandestin

Depuis plus de dix ans, l'opération Harpie mobilise chaque jour plus de 500 soldats en Guyane. Leur objectif : lutter contre l'orpaillage illégal. Les sous-sols attirent les chercheurs d'or et les galeries doivent être régulièrement détruites à l'aide d'explosifs. Le nombre d'orpailleurs clandestins, la plupart venus du Brésil, est estimé à 10 000. Les trois militaires décédés appartenaient au 19e régiment du Génie de Besançon (Doubs).

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne