Fusillade à Strasbourg : la traque du suspect

FRANCE 3

Près de 600 hommes sont mobilisés mercredi 12 décembre pour retrouver l'assaillant, vraisemblablement blessé, et les contrôles aux frontières ont été renforcés.

Le centre-ville de Strasbourg (Bas-Rhin) était en état d'urgence mardi 11 décembre au soir. Les forces de l'ordre sont sur le qui-vive, le suspect est toujours caché dans les ruelles. Vers 20h20, une patrouille de militaires tente de l'arrêter. "Entre 20h20 et 21 heures, il s'est confronté par deux fois à nos forces de sécurité", a déclaré Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur. Blessé au bras, l'assaillant prend en otage un chauffeur de taxi aux abords de la cathédrale. Il se fait déposer près du commissariat, où il tire à nouveau sur des policiers. Là encore, il prend la fuite, direction le Neudorf.

Des contrôles étroits

Dans la soirée, les renforts viennent de tout l'est de la France. Près de 400 policiers et 200 gendarmes, ainsi que deux hélicoptères, sont déployés dans Strasbourg. Un nouvel échange de tirs à lieu, en vain. Le Neudorf est minutieusement quadrillé. Parallèlement, les contrôles aux frontières avec l'Allemagne sont rétablis. Dès mardi soir, les ponts sur le Rhin sont étroitement surveillés et tous les véhicules fouillés, d'autant que l'homme a fait deux ans de prison en Allemagne. La police allemande prête main-forte au dispositif. Le suspect était toujours en fuite mercredi midi. Les forces de l'ordre recherchent actuellement une Ford Escort bleue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne