Explosions à Beyrouth : l'aide de la France "doit pouvoir bénéficier à la population libanaise", assure la ministre des Armées Florence Parly

La ministre des Armées Florence Parly en visite dans la capitale libanaise Beyrouth, le 13 août 2020.
La ministre des Armées Florence Parly en visite dans la capitale libanaise Beyrouth, le 13 août 2020. (JOSEPH EID / AFP)

Neuf jours après la double explosion qui a partiellement ravagé la ville de Beyrouth, au Liban, et fait 171 morts, la ministre des Armées Florence Parly est en visite jeudi et pour 24 heures dans la capitale libanaise.

Il y a les images que l'on voit à la télé et il y a la réalité à laquelle on est confronté, même quand on est ministre des Armées. "Il est très difficile de trouver les mots, explique Florence Parly. C'est une scène que je n'avais, pour ma part, jamais vue auparavant. La ministre est jeudi 13 août en visite express dans la capitale libanaise, neuf jours après les explosions qui ont fait 171 morts, 6 700 blessés et des dégâts matériels considérables.

Une habitante interpelle la ministre

"C'est un véritable désastre. C'est une tragédie", commente Florence Parly. Tragédie économique avec le port de Beyrouth, le poumon du pays dévasté. Tragédie humaine dans les quartiers avoisinants, eux aussi ravagés. À Gemmayzé, Florence Parly passe sous les immeubles éventrés, entre les carcasses de voitures écrasées et des habitants qui ont tout perdu.

On n'a plus de maison ! Ne donnez pas d'argent à l'État ! Il le vole, c'est à nous qu'il faut le donner !Une mère de famille libanaise

Réponse quelques minutes plus tard de la ministre des Armées. "Cette aide doit pouvoir bénéficier à la population libanaise, explique Florence Parly. C'est notre seul objectif et c'est un objectif qui est tout à fait partagé : s'assurer que cette aide parvienne bien à ceux auxquels elle est destinée."

Un message déjà martelé par Emmanuel Macron la semaine dernière et que Florence Parly répétera encore vendredi au président libanais qu'elle doit rencontrer avant de se rendre sur le porte-hélicoptères Tonnerre. Il est attendu cette nuit à Beyrouth avec 750 militaires français et des centaines de tonnes d'aide médicale et alimentaire à son bord.

La ministre des Armées Florence Parly en visite à Beyrouth - Le reportage d'Aurélien Colly
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne