Coronavirus : l'hôpital de campagne de l'armée, prévu dans le Grand-Est, sans doute prêt "avant le 27 mars"

Des soignants transportent un patient s\'apprêtant à être évacué de l\'hôpital de Mulhouse, saturé en raison de l\'épidémie de Covid-19.
Des soignants transportent un patient s'apprêtant à être évacué de l'hôpital de Mulhouse, saturé en raison de l'épidémie de Covid-19. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Le président de la République Emmanuel Macron avait annoncé la création de cet hôpital de campagne dans son allocution télévisée.

L'hôpital de campagne de l'armée française, devant être installé à Mulhouse (Haut-Rhin), sera sans doute prêt avant le 27 mars, a appris franceinfo auprès de l'armée. Il doit servir à soulager l'hôpital saturé face à l'épidémie de coronavirus.

Cette date du 27 mars a été avancée à France Bleu Alsace par la directrice du Groupement hospitalier de Mulhouse Sud Alsace. Selon l'armée, la mise en place d'un tel hôpital "est une opération logistique lourde et complexe, avec du matériel médical de pointe".

Nous n'avons pas de date exacte de fin d'installation, mais tout indique que cela sera prêt avant le 27 mars, date qui ne correspond à aucun calendrier officiel indiqué par le ministère des Armées.Ministère des Arméesà franceinfo

Cet hôpital de campagne doit servir à réduire la tension sur les hôpitaux civils dans la région. Il doit se composer d'une unité de 30 lits, qui sera installée sur le parking de l’hôpital civil de Mulhouse, actuellement sous-tension en raison d'un trop-plein de patients. Les structures qui vont le constituer sont en cours d’inspection en région parisienne, avant d’être transférées et montées en fin de semaine dans le Haut-Rhin.

Six malades évacués de Mulhouse vers Toulon mercredi

Cette opération, menée par le ministère des Armées, s'effectue en coordination avec la Direction Générale de la Santé. Ces structures vont être préparées, déployées et qualifiées par le Régiment médical de l'Armée de Terre, actuellement en poste à la Valbonne (Ain). Le personnel de ce régiment est attendu mercredi à Chanteau près d'Orléans pour procéder à la préparation de l'infrastructure.

Par ailleurs, un Airbus A330, équipé du module de réanimation Morphée a évacué de Mulhouse six malades vers les hôpitaux militaires de Toulon et Marseille. Il a atterri en milieu d'après-midi à Istres

Vous êtes à nouveau en ligne