Budget, dissuasion nucléaire... Emmanuel Macron annonce un "effort inédit" pour la Défense

Emmanuel Macron, le 19 janvier 2017, à Toulon (Var), lors de ses vœux aux armées.
Emmanuel Macron, le 19 janvier 2017, à Toulon (Var), lors de ses vœux aux armées. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le président a confirmé que le budget de la Défense était augmenté de 1,8 milliard d'euros en 2018 pour le porter à 34,2 milliards.

Service national, renouvellement des forces de dissuasion nucléaire et renforcement du renseignement militaire... Face à 1 500 militaires réunis à bord du navire Dixmude, Emmanuel Macron a confirmé, vendredi 19 janvier, lors de ses vœux aux armées, la priorité qui sera accordée à la Défense au cours de son quinquennat.

Six mois jour pour jour après la démission du chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, sur fond de désaccord budgétaire, Emmanuel Macron a rappelé que le budget avait été porté pour 2018 à 34,2 milliards d'euros de crédits. Soit une hausse de 1,8 milliard par rapport à la loi de finances 2017.

Des "travaux de renouvellement" de la dissuasion nucléaire

Le montant de la provision pour les opérations extérieures – les fameuses Opex – a lui été porté à 650 millions d'euros contre 450 millions d'euros en 2017. Et il atteindra 1,1 milliard d'euros en 2020. Un "effort inédit et incomparable", a insisté le chef de l'Etat.

Le service national universel – promesse de campagne – "sera mené à son terme" avec un financement ad hoc, et ne viendra en rien modifier la loi de programmation militaire (LPM), a assuré Emmanuel Macron.

Concernant la dissuasion nucléaire, "clef de voûte de la stratégie de défense", le chef de l'Etat a confirmé le lancement au cours de son mandat de "travaux de renouvellement de nos deux composantes", océanique et aérienne.