Aide au Liban : une assistance sous surveillance

L’aide internationale continue d’arriver au Liban suite à l'explosion survenue à Beyrouth. Le porte-hélicoptères français “Tonnerre” a d’ailleurs accosté ce vendredi 14 août dans la matinée au port de Beyrouth.  

Comment cette aide va-t-elle être répartie équitablement ? “C’est tout l’enjeu des autorités françaises, c’est même une priorité. Rappelez-vous, quelques jours après la catastrophe, quand Emmanuel Macron est venu ici à Beyrouth, il a promis aux Libanais qui l’interpellaient que les aides allouées iraient vers ceux qui en ont le plus besoin. Quelques jours plus tard, au moment de la conférence des donateurs entre les grandes puissances, la question a aussi été posée sur la table”, explique le journaliste Benjamin Delombre en direct de Beyrouth.

La ministre des Armées, promet donc une surveillance

Comment empêcher que les dons provenants de l’Hexagone soient détournés ou revendus au marché noir ? Pour éviter la corruption, le gouvernement français souhaitait travailler en direct avec des ONG sans passer par les autorités locales. Mais face à l’ampleur des cargaisons, il s’appuie aussi sur l’armée libanaise. Florence Parly, la ministre des Armées, promet donc une surveillance.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne