VIDEO. Voilà comment on imaginait le futur de l'élevage industriel en 1966

BRUT

Avec plus ou moins de précision, le chercheur de l'INRA René Péro parvenait à deviner comment serait l'élevage intensif aujourd'hui. Voici son témoignage.

En 1966, certaines productions agricoles avaient déjà des allures d'activité industrielle. Les scientifiques tentaient notamment de moderniser les élevages dans le but d'amplifier leur production. Parmi eux, le chercheur de l'INRA René Péro qui semble avoir une idée très claire des évolutions à venir quant à l'élevage des poulets. Il mentionnait déjà la sélection génétique des animaux, l'accélération des croissances et bien sûr la robotisation de toutes les étapes de cette exploitation. "Les poules seront élevées par bandes de 50 000 ou 100 000 dans de grandes usines à faire des œufs où la plupart des opérations d'élevage seront mécanisées", imaginait-t-il, sans savoir que les évolutions futures lui donneraient raison. 

Un poulet au goût de faisan ? 

René Péro imaginait également qu'on pourrait donner, par voie synthétique, une saveur différente à la volaille. Le chercheur pensait notamment qu'il serait possible de modifier l'alimentation du poulet et lui donner un goût d'amande, de framboise et même de pintade ou de faisan. Peut-être faudra-t-il attendre encore quelques années pour qu'une telle pratique soit d'actualité. 

Vous êtes à nouveau en ligne