VIDEO. Pesticides : quand Paul François apprend que la justice lui donne raison pour la troisième fois contre Monsanto

Ce jour-là, l’agriculteur Paul François, intoxiqué en 2004 par un herbicide anciennement vendu par Monsanto, attend avec anxiété l’arrêt de la cour d’appel de Lyon dans le bureau de son avocat… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 13 avril 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Jeudi 11 avril 2019 : le magazine "13h15 le samedi" (replay) est présent dans les locaux parisiens de maître François Lafforgue, défenseur de l’agriculteur Paul François engagé dans un long combat judiciaire contre Monsanto. En avril 2004, le céréalier est intoxiqué par le Lasso, un herbicide anciennement commercialisé par la firme. Depuis, l’agriculteur souffre notamment de problèmes neurologiques.

Ce jour-là, cet avocat spécialiste des grandes affaires sanitaires attend un coup de téléphone qui va sceller des années de procédures. Dans le bureau, aux côtés du paysan, sa fille Laura et Annie, une chercheuse et soutien indéfectible. A ce stade, Paul François mènerait-il à nouveau ce bras de fer ? "Pour la première fois, je vous dis non. C’est trop cher payé pour un seul homme…"

"C’est une grande victoire !"

"Allo... Oui… Oui…" Maître Lafforgue a maintenant au bout du fil la cour d’appel de Lyon. Devant lui, Paul, Laura et Annie, le visage anxieux, tentent de décrypter le sens de la conversation. Concentré, l’avocat écoute sans rien laisser transparaître. Le doute commence à s'installer. "Merci, merci", finit par dire l’avocat qui se lève en levant le bras en signe de victoire : "Ah… ne me faites pas peur comme ça, bon sang !" lâche le paysan qui a désormais converti son exploitation à l’agriculture biologique. "On peut penser à maman", dit le président de l’association Phyto-Victimes en serrant très fort sa fille dans les bras.

"Monsanto est coupable, condamné et responsable", synthétise le défenseur. "Quelle récompense ! Que d’énergie…" ajoute Paul François. La firme est également condamnée à verser 50 000 euros au titre des frais de procédure : "Enfin une juridiction qui considère qu’il y a du travail d’engagé", se félicite l’avocat. Paul appelle sa maman et pense à son épouse [décédée en septembre 2018] qui "a supporté cela pendant douze ans". Après cet arrêt historique, maître Lafforgue déclare devant la presse : "La cour d’appel a retenu la responsabilité pleine et entière de Monsanto dans cette affaire. C’est une grande victoire !"

> A lire : Un paysan contre Monsanto, par Paul François, avec Anne-Laure Barret (éd. Fayard, 2017).

Vous êtes à nouveau en ligne