VIDEO. Pesticides : "Les industriels nous ont fait la propagande de leurs produits dangereux pendant des décennies", selon Paul François qui a gagné contre Monsanto

L’agriculteur a été intoxiqué en 2004 par un herbicide anciennement vendu par Monsanto, qui a été condamnée par la cour d’appel de Lyon jeudi 11 avril 2019. Paul François montre comment la publicité incitait les paysans à utiliser les pesticides… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 13 avril 2019. Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 13 avril 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Agriculteur en Charente, Paul François a été intoxiqué en avril 2004 par un produit de la firme américaine Monsanto : le Lasso, un herbicide anciennement commercialisé par la marque. Après un long combat judiciaire, la justice lui a donné raison pour la troisième fois le 11 avril 2019.

Pendant plus de vingt ans, comme son père le faisait, ce paysan a épandu des tonnes de produits phytosanitaires sur ses cultures : fongicides, insecticides, désherbants… tout l’arsenal du petit chimiste céréalier. "Dans un premier temps, cette chimie nous apporte que du bonheur. C’était du confort dans le travail et cela a permis de stabiliser les revenus. Tout le monde s’y retrouvait…"

"Le nom du produit [Caramba] rappelle une friandise"

"Pendant cette période, à aucun moment je me suis dit qu’il y avait un danger pour nous, agriculteurs", affirme-t-il aujourd’hui en se souvenant des visites d’exploitations d’avenir pendant lesquelles les industriels montraient aux agriculteurs ciblés les nouvelles techniques et les nouveaux produits. Avant de les inviter au restaurant et au spectacle à Paris… Paul François ressort alors de ses placards les anciennes plaquettes publicitaires vantant les mérites des pesticides : "Voilà comment les industriels nous ont fait cette propagande pendant des décennies sur leurs produits dangereux."

Des cultures de blé à perte de vue, des familles heureuses regardant le père au travail sur son tracteur, des couples dansant au milieu des champs après un désherbage… Le président de l’association Phyto-Victimesvenant en aide aux professionnels victimes des pesticides, aime prendre en exemple une pub montrant une petite fille mangeant du pain : "Celle-là, je la trouve particulièrement scandaleuse. Le nom du produit [Caramba] n’a pas été choisi au hasard. Il rappelle une friandise. Pouvez-vous imaginer qu’il peut être toxique pour votre santé ? Les agriculteurs n’ont pas réagi plus tôt parce qu’on a entretenu ce discours rassurant." 

> A lire : Un paysan contre Monsanto, par Paul François, avec Anne-Laure Barret (éd. Fayard, 2017).

Vous êtes à nouveau en ligne