VIDEO. Le CETA risquait de ruiner les agriculteurs français ? Pour l'instant, c'est tout l'inverse

En 2017 entrait en vigueur le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada, le CETA. Certains politiques prévoyaient une invasion de viandes canadiennes… et la catastrophe pour nos agriculteurs. "Le CETA, c'est moins 100 000 emplois en Europe, moins 40 000 en France !" assurait l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot en 2017. "N'avez-vous pas honte de détruire ainsi ceux qui vous nourrissent ?", accusait Marine Le Pen la même année. Et si finalement, un an et demi après, le CETA était plus au goût des agriculteurs français que de leurs homologues du Grand Nord ?

Pour vérifier les effets du CETA sur certains agriculteurs français, on a eu une petite envie de fromages. Alors Philippe Delin, PDG de la fromagerie du même nom, nous a emmené dans son usine bourguignonne, charlotte rose sur la tête.

"20% d'exports en plus en un an" (Philippe Delin, fromager)

Cette fromagerie familiale produit 2200 tonnes de pâtes molles par an, du Brillat-Savarin essentiellement. Ici, 40% du chiffre d’affaires, c’est l’export. Depuis son entrée en vigueur en septembre 2017, le CETA a autorisé plus d’exportations de fromages de l’UE vers le Canada : 18 500 tonnes supplémentaires jusqu’en 2022.

Le patron n’a jamais expédié autant de palettes outre-Atlantique. “Depuis le CETA, on fait pratiquement 20% d’export en plus, en un an”, se réjouit-il devant ses pallettes de fromages prêtes à partir au Canada. Résultat : huit nouveaux salariés ont été embauchés l’an passé.

Les producteurs de lait mieux payés

Plus d’activité à la fromagerie, cela fait aussi le bonheur des éleveurs locaux qui fournissent l’usine. A 45 minutes de là, Sarah et Julien Gandrey, et leurs 50 vaches laitières, ont retrouvé le sourire. “On apprécie d’aller travailler tous les jours dans notre exploitation parce qu’on est rémunérés de notre travail, note Sarah Gandrey. Avant on travaillait à perte et c’était un peu démoralisant d’aller travailler pour ne rien gagner.”

Depuis le CETA, la fromagerie peut mieux rémunérer ses producteurs comme Sarah et achète le lait de sa ferme 15% plus cher. Traduction sur sa feuille de paie : elle gagnait à peine 800 euros par mois avant le CETA. Elle se paye désormais un SMIC, autour de 1200 euros.

Selon Eurostat, depuis le CETA, la France continue d’exporter toujours plus de produits agricoles vers le Canada : +14% l’an passé. Voilà pour les exportations...

L'invasion de viandes canadiennes ? Un fantasme (pour l'instant)

Qu’en est-il des importations ? Moins chères, les viandes canadiennes devaient déferler dans nos assiettes et concurrencer nos éleveurs. C’était la mise en garde de Marine Le Pen. En réalité, du Canada vers la France, c’est moins 58% de 2017 à 2018 selon Bruxelles.

Eh bah tant mieux !, réagit la présidente du Rassemblement national en découvrant nos chiffres. J’espère que les gens n’achèteront pas de la viande canadienne mais achèteront de la viande française." Avant de poursuivre. "Ces chiffres m’étonnent d’autant plus qu’au salon de l’agriculture, nous avons évoqué ce sujet avec les éleveurs. Ils ont évidemment des inquiétudes. Ils expliquent qu’il n’y a d’ailleurs pas de contrôles sur les viandes qui sont importées. Tout cela nécessite que nous conservions une grande acuité sur ces sujets-là.”

Et l’écologiste Yannick Jadot, qui prédisait des dizaines de milliers d’emplois perdus à cause du CETA ? Même si les chiffres lui donnent tort pour l’instant, il pense toujours que l’invasion de viandes canadiennes est à venir. “On sait que le Canada met en place en ce moment une filière sans hormones, interdites sur le marché européen, mais des bovins bourrés aux antibiotiques, élévés dans des conditions effroyables !, alerte la tête de liste Europe-Écologie-Les Verts (EELV) aux élections européennes. La viande canadienne qui va arriver sur le marché européen sera beaucoup moins chère que la viande française et c’est nos éleveurs qui vont crever.”

Le CETA rend possible l’arrivée chaque année d’un peu plus de viande canadienne en Europe. Leurs bisons, boeufs et caribous finiront-ils par déferler dans nos assiettes ? Promis, nous garderons l’oeil bien ouvert...

Vous êtes à nouveau en ligne