VIDEO. La hausse des retraites agricoles, c'est pas pour tout de suite

A trois semaines du premier tour de la présidentielle, le candidat Macron avait fait cette promesse aux agriculteurs. “Pour les retraites agricoles, à court terme, elles font partie des retraites que je revalorise, d’environ 100 € par mois.” Mais au fait, “à court terme”, c’est quand exactement ? 2018 ? 2019 ? En tout cas, maintenant qu’Emmanuel Macron est président, ce n’est pas pour tout de suite...

Pour revaloriser les petites retraites des agriculteurs, la précédente majorité avait voté un mécanisme simple : faire passer le montant des pensions de 75 à 85% du Smic net. Soit de 871 à 987 euros : un gain de 116 euros dès 2018.

Une décision qui devait être confirmée par les sénateurs. Seulement la semaine dernière : coup de théâtre à la Haute Assemblée. Le gouvernement bloque la loi et impose son propre amendement : ce n’est plus en 2018 que les retraites agricoles seront augmentées, mais en 2020.

"On est des laissés pour compte"

"Quand vous êtes retraités, que vous avez une petite pension, 100 euros de plus par mois, ça ne peut pas attendre deux ans, s'indigne Éliane Assassi, élue communiste qui porte le texte au Sénat. Je trouve que c'est d’une mesquinerie sans nom, c’est inadmissible.”

Une colère partagée par les agriculteurs. “On est des laissés pour compte, regrette Christian Boisgontier, chargé du dossier des retraites à la Confédération paysanne. Bien sûr qu’on est déçu."

Une promesse à 400 millions €

Alors pourquoi attendre ? L'exécutif assure qu’à ce jour l’État ne peut pas financer la mesure, sauf à créer une nouvelle taxe. “Ce n’est pas par une soirée de mois de mars qu’on trouve 400 millions d’euros" a asséné Christophe Castaner la semaine dernière devant les sénateurs.

Une soirée de mars peut-être pas mais au 1er janvier 2020 le gouvernement le promet : la retraite de 30 000 agriculteurs sera revalorisée. Rendez-vous est pris.

Vous êtes à nouveau en ligne