VIDEO. Interrogé sur l'abattoir de Sobeval et L214, le ministre de l'Agriculture arrache le micro d'un journaliste

Le ministre de l\'Agriculture Didier Guillaume, lors du congrès de la fédération nationale bovine à Anse (Rhône), le 6 février 2020. 
Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, lors du congrès de la fédération nationale bovine à Anse (Rhône), le 6 février 2020.  (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)

"Des mails internes prouvent le contraire de ce que vous avez dit", a lancé le reporter de "C à vous" à Didier Guillaume. 

Des images gênantes pour le ministre de l'Agriculture. Interrogé par un journaliste de l'émission "C à vous" de France 5, mercredi 26 février, dans les travées du Salon de l'agriculture, Didier Guillaume lui a violemment arraché son micro, irrité par ses questions. Le reporter Tancrède Bonora venait de l'interroger sur des mails internes concernant l'association de protection animale L214 et l'abattoir Sobeval. 

Jeudi dernier, L214 avait demandé la fermeture de cet abattoir en Dordogne, après la diffusion d'une nouvelle vidéo choc montrant selon elle des infractions "multiples" notamment "des signes de conscience ou sensibilité" des animaux. Les autorités avaient assuré ne pas avoir décelé de "non-conformité à la réglementation".

Pourtant, l'association est revenue à la charge mardi, en révélant des échanges de courriels internes au ministère de l'Agriculture, adressés par erreur à L214, dans lesquels il est écrit que les infractions "sont avérées". L'association cite ainsi un courriel attribué à un fonctionnaire du ministère, qui note que les non-conformités sont "indéniables, voire majeures".

"Je n'ai pas de double langage !"

"Des mails internes prouvent le contraire de ce que vous avez dit", a ainsi lancé le journaliste de "C à vous" au ministre de l'Agriculture mercredi. "Je vais communiquer", répond, visiblement gêné, Didier Guillaume. Relancé sur son "double langage", le ministre s'irrite, arrachement brutalement le micro de Tancrède Bonora. "Je n'ai pas de double langage !", s'exclame-t-il, assurant que ce micro lui a été "mis devant la bouche".

"J'ai communiqué en fonction des informations qui m'avaient été données", poursuit le ministre. "Aujourd'hui, je n'ai pas de nouvelles informations (...) mais pourquoi vous me mettez le micro dans la bouche ?" Interrogé de nouveau sur les mails internes envoyés à L214, Didier Guillaume finit par partir.

"Je regrette ce moment d'énervement"

Jeudi, au micro de Public Sénat, le ministre de l'Agriculture est revenu sur ce sujet. Il assure que ces courriels ont au contraire été envoyés "volontairement" à l'association et qu'une "enquête interne est en cours pour comprendre les motivations de ce mail""L'administration m'a remonté qu'il n'y avait pas de manquement au règlement" au sein de l'abattoir, insiste Didier Guillaume. 

La direction générale de l'Alimentation (DGAL) diligente "une nouvelle inspection de l'établissement", a indiqué le ministère de l'Agriculture dans un communiqué publié mardi soir. Quant au fait d'avoir arraché un micro à un journaliste, Didier Guillaume "regrette ce moment d'énervement"

Vous êtes à nouveau en ligne