VIDEO. "Il ne faut pas croire que c'est juste une mode" : au Salon de l'agriculture, les éleveurs veulent rassurer sur le bien-être animal

THOMAS PONTILLON / RADIO FRANCE

C'est l'une des nouvelles préoccupations dans les allées du salon. Les questions sur le bien-être animal se multiplient selon les agriculteurs, qui cherchent à rassurer les consommateurs. 

Dans les allées du Salon de l'agriculture, les éleveurs répondent à de nouvelles questions depuis quelques années sur le bien-être animal. Ce thème est devenu la première préoccupation chez les moins de 25 ans, selon une étude récente de l'Agence bio. "Il ne faut pas croire que le bien-être est juste une mode et qu'avant on maltraitait nos animaux", explique Victor Fourtet, agriculteur à Saint-Julien-aux-Bois en Corrèze, tout en reconnaissant que les visiteurs du salon s'intéressent plus à cette problématique.

"Depuis deux ou trois ans, les gens veulent savoir ce qu'ils mangent. Il faut amener une autre image du milieu agricole", rajoute Dominique Vincent, éleveur en Maine-et-Loire. "Il faut rassurer le consommateur sur la façon dont on traite nos animaux". Finalement, les visiteurs répondent "souvent qu'il y a beaucoup de choses dont ils ne sont pas au courant, mais quand ils arrivent chez le boucher, ils ont beaucoup plus confiance", conclut Ludovic Calvet, éleveur en Haute-Garonne. 

Des vidéos choc qui ont marqué 

À l'origine de ces questions, il y a certainement la multiplication des images choquantes publiées par des associations comme "L214", où l'on peut voir des cas de maltraitances animales dans les abattoirs. "Les associations militantes anti-viande veulent montrer ce qui va pas, c'est un business, dénonce Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Pour avoir beaucoup d'argent, ils ont besoin de montrer des images trash et ils essayent de laisser penser que c'est la majorité. Nous, nous savons que c'est une ultra minorité. Aujourd'hui, il y a des directives européennes et les éleveurs français les respectent mieux que les autres d'ailleurs", conclut-elle. 

Vous êtes à nouveau en ligne