VIDEO. Faut-il réduire la population de loups en France ?

BRUT

Un éleveur ovin et un naturaliste répondent à Brut.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Faut-il réduire le nombre de loups en France ?

Pour Claude Fond, éleveur et secrétaire général adjoint de la Fédération nationale ovine, il faut éventuellement le réduire si les loups s'approchent des troupeaux. À l'inverse, le naturaliste Pierre Rigaux est catégorique : il ne faut pas réduire le nombre de loups en France. "L'espèce est menacée en France, elle est classée "vulnérable"", développe-t-il.

Quels problèmes pose le loup pour les élevages ?

Selon le naturaliste, un loup trouvera forcément plus facile de s'attaquer à une brebis. "Lorsqu'il accède à un troupeau, par exemple qui est enfermé entre des clôtures, le loup peut tuer plus de brebis qu'il peut en emporter. Ce qui ne se produit quasiment jamais avec des proies sauvages et libres dans la nature. C'est pour ça qu'il faut absolument éviter que les loups ne puissent accéder au troupeau", explique Pierre Rigaux. De son côté, l'éleveur déplore les conséquences techniques, économiques et sociales de ces attaques.

Les solutions actuelles sont-elles suffisantes ?

Si l'éleveur considère que l'aide n'est pas suffisante, le naturaliste, lui, estime que les éleveurs sont assez aidés par l'argent public. "Ils sont même trop aidés, parce que finalement tout leur est payé : le salaire des bergers, tous les moyens de protection leur sont subventionnés, et en plus, en cas de prédation par un possible loup, l'éleveur est indemnisé pour chaque brebis tuée, en plus il y a une prime de stress pour le troupeau", détaille Pierre Rigaux. "Ce qui est important pour l'élevage, et pour les éleveurs, c'est la défense de leur troupeau. Donc les prélèvements sont parfois nécessaires si le loup est en position d'attaque à proximité des troupeaux", rétorque l'éleveur.

La cohabitation entre loups et éleveurs est-elle possible ?

Pour l'éleveur, l'élevage et la prédation sont incompatibles sur les mêmes territoires. "Non seulement les éleveurs peuvent cohabiter avec les loups, mais de fait, ils le font", rétorque quant à lui le naturaliste.

Vous êtes à nouveau en ligne