VIDEO. Et si le projet Biovallée dans la Drôme inventait une nouvelle économie locale, plus sociale et plus solidaire ?

Beaucoup ont fait des études et quitté des emplois urbains bien payés… Cette vie ne les satisfaisait pas. Ils sont allés s'installer dans la vallée de la Drôme où ils mettent en œuvre "des pratiques de développement durable accessibles à tous". Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 2 mars 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour changer leur vie, des jeunes venus de la ville se retrouvent aujourd'hui dans la Drôme autour du projet Biovallée. Ils travaillent différemment, gagnent moins d'argent, mais s'occupent de leur famille et inventent une nouvelle forme d'économie locale, plus sociale et plus solidaire. L'objectif est de "concevoir, repérer, promouvoir et démultiplier des pratiques de développement durable accessibles à tous".

Ce projet s'inscrit dans la culture de préservation de l'environnement, le respect des terres et des paysages en s'appuyant notamment sur des valeurs de coopération et de respect mutuel. "C'est un endroit où je fais plein de choses : je viens voir mes ruches, fais du vélo, pique-nique et joue avec mes enfants dans cette prairie. Il y a plein de bonnes raisons qui m'amènent ici", explique Sylvain Dumas, l'un des animateurs de Villages vivants.

"Lutter contre la désertification des cœurs de villes et villages"

Cette société coopérative d'intérêt collectif (SCIP) "travaille à lutter contre la désertification des cœurs de villes et villages en facilitant le parcours des personnes qui souhaitent ouvrir un commerce, un service de proximité. Et cela en rachetant des boutiques, les rénovant et les louant, dans le but d'installer et d'accompagner des porteurs de projets utiles au territoire".

"J'ai fait des études à Lyon qui m'ont orienté vers la coopération, le développement, en particulier en Afrique, explique son cogérant. J'ai pas mal voyagé : une quinzaine de fois en Afrique, en Asie, en Amérique latine pour des ONG ou des entreprises travaillant dans le développement… Et puis, est venue l'envie de se poser. On voulait élever nos enfants dans un autre cadre. Et du coup, on est venus là."

Extrait du magazine "13h15 le samedi" (replay) du 2 mars 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne