VIDEO. Des drones pollinisateurs pour remplacer les abeilles

Imaginez des escadrons de drones pollinisateurs au-dessus des champs, des robots miniatures ressemblant à des insectes disparus… Ce monde où les machines remplaceraient la nature relève encore de la science-fiction – mais pour combien de temps ? "Envoyé spécial" a rencontré ceux qui travaillent à remplacer des abeilles menacées d'extinction.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dans les champs de pommiers californiens, des entrepreneurs préparent l'avenir. Un avenir sans abeilles, dont la mortalité ne cesse de croître. Sans elles pour les fertiliser en transportant le pollen d'une fleur à l'autre, la plupart de nos fruits et légumes disparaîtraient. Alors Matt et Jimmy ont cherché comment remplacer les butineuses. Il y a deux ans, ils ont été les premiers au monde à mettre au point un drone pollinisateur.

Pour le moment, leur start-up ne compte que quelques dizaines de clients. Mais la révolution pourrait être en marche. Leur machine peut accomplir le travail de milliers d'abeilles. Et contrairement aux insectes, elle peut même l'effectuer de nuit… Les deux ingénieurs ont montré le fonctionnement de leur prototype à "Envoyé spécial".

Une machine plus performante que les abeilles ?

C'est un drone géant de 11 kilos, équipé de propulseurs ultra-rapides. Sa mission du jour est programmée pour une altitude de 20 mètres et une vitesse de 20 km/heure. Au décollage, le souffle de ses puissantes hélices en acier brasse et expulse le pollen qu'il transporte. Au-dessus de la cime des arbres survolés par l'engin, celui-ci va se déposer sur les fleurs, attiré par l'électricité statique.

Il faudra 2 kilos en tout de ce pollen, payé environ 1 euro le gramme, pour fertiliser le champ de pommiers – ce qui revient moins cher que de louer des ruches. Le drone peut polliniser 16 hectares à l'heure. Ce système permettrait même d'augmenter la production des amandiers de 25%, celle des cerisiers et des pommiers de 50 à 60%.

Extrait de "Un monde sans abeilles", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 6 juin 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne