Vendanges précoces : "C''est historique" mais "le millésime sera de très belle qualité", annonce un viticulteur de Bourgogne

 Ouverture du ban des vendanges en Saône-et-Loire le 13 août 2020.
 Ouverture du ban des vendanges en Saône-et-Loire le 13 août 2020. (GILLES PLATRET / MAXPPP)

Il a lancé les vendanges mercedi 12 août avec 5 jours d'avance sur le précédent record de 2003.

Avec un printemps particulièrement doux, les vignobles français connaissent cette année une "avance remarquable" des vendanges par rapport à l'an dernier, selon une note publiée vendredi 7 août par le ministère de l’agriculture. Une précocité constatée notamment en Bourgogne, par Olivier Fichet, gérant du domaine Fichet, à Igé en Saône-et-Loire. Il est le premier à avoir lancé les vendanges, mercredi 12 août, près d'une semaine avant le précédent record de 2003.

Les vendanges démarrent particulièrement tôt cette année. C’est historique, selon vous ?

Oui, c'est historique. La dernière fois que l'on avait vendangé aussi tôt, c'était en 2003, le 17 août. Donc là, nous avons encore gagné cinq jours sur cette date. C'est vraiment du jamais vu. C’est exceptionnel et surtout inattendu. On était déjà sur une année très précoce depuis la pousse de la vigne au printemps. Ça a démarré très tôt et le temps favorable, que l'on connaît depuis le mois de mars, a été vraiment favorable pour la pousse de la vigne. On se retrouve donc avec une précocité exceptionnelle.

Quel est l’impact de cette précocité sur le rendement ?

Cette précocité exceptionnelle permettait de prévoir une belle récolte puisque la fleur de vigne qui se passe au mois de juin habituellement, s’est passée au mois de mai, grâce au beau temps. Donc, on a eu une belle sortie de raisins, une prévision de récolte plutôt très bonne. De plus, le mois de juillet et le début du mois d'août ont été très secs chez nous, avec plusieurs périodes de canicule, dont la dernière qui a vraiment fait du mal et qui a épuisé la vigne. Le phénomène de canicule depuis cinq ou six jours a vraiment concentré les raisins, les a asséchés et on perd aujourd'hui entre 30 et 40 % de récoltes par rapport à l'estimation de base. Et ça, c'est vraiment dû à la sécheresse et la canicule ces derniers jours.

Question qualité, il sera comment ce millésime ?

La qualité du millésime sera de très belle qualité. On aura des vins très concentrés, très fruités, dû à la concentration. On aura de belles maturités aussi. L’équilibre est maintenu grâce notre vendange précoce, que l'on a avancé de quasiment 8 jours. C’était primordial de garder cet équilibre pour la qualité, et surtout pour ne pas perdre en quantité.

Vous êtes à nouveau en ligne