"Un dépérissement généralisé de tous les vignobles français" menace fortement la production de vin

La France a connu durant ces dernières semaines de nombreuses intempéries provoquant des dégats sur les vignobles français.
La France a connu durant ces dernières semaines de nombreuses intempéries provoquant des dégats sur les vignobles français. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Christophe Riou, directeur adjoint de l'Institut français de la vigne et du vin, a expliqué, mercredi sur franceinfo, qu'un plan d'action a été lancé en 2016, pour lutter contre ce phénomène.

La France a connu durant ces dernières semaines de nombreuses intempéries provoquant des dégâts sur les vignobles français. Pourtant, Christophe Riou, directeur adjoint de l'Institut français de la vigne et du vin, explique mercredi 20 juin sur franceinfo, que les aléas climatiques ne sont pas les seules causes de ce dépérissement. Afin de lutter contre celui-ci, des solutions sont recherchées grâce à la création d'un plan de lutte lancé en 2016.

franceinfo : Quelles sont les causes de ce dépérissement ?

Christophe Riou : C'est un dépérissement généralisé de tous les vignobles français qui conduit à une mort prématurée du ceps de vigne et parfois à l'arrachage des parcelles. Au premier plan, on trouve les maladies du bois, mais il y a également des virus, des bactéries, des facteurs climatiques, ne serait-ce que la sécheresse ou des accidents comme la grêle. Ce sont aussi la conséquence d'un changement climatique qui s'accélère et qui aggrave la situation. On l'a constaté depuis le début des années 2000. Cela a un impact sur la quantité, mais surtout sur la vitalité et la longévité du vignoble. On estime à 10% de vignobles improductifs du fait de ces maladies. Cela aura un impact sur notre filière qui est importante, qui génère à la fois de l'emploi et du chiffre d'affaires. C'est près d'un milliard d'euros de manque à gagner pour la filière viticole. Ce n'est pas la mortalité à terme, mais il faut agir dès à présent pour pouvoir maintenir le potentiel de production de notre vignoble.

Vous montrez aussi du doigt les pratiques viticoles et la réglementation. Pourquoi cela ?

C'est un ensemble de facteurs et quand on parle des pratiques on parle aujourd'hui des pratiques de taille. Nous encourageons les vignerons dans la formation à des tailles plus respecteuses et moins mutilantes. On sait que les champignons progressent par les plaies de taille et donc il faut moins de ces plaies de taille et surtout avoir un circuit de sève, d'alimentation du cep de vigne plus respectueux. On a mis en oeuvre des techniques pour renouveler les ceps de vigne telles que le regreffage, qui permet de créer un jeune plan à partir d'un nouveau greffon, ou de recépage issu de ferments et en préservant l'ancien système racinaire et en supprimant le bois malade. C'est avant tout une réflexion sur les pratiques et le changement climatique nous oblige à revoir ces pratiques, à adapter notre système de culture.

Est-ce que ce dépérissement est réversible ?

Nous l'espérons. Nous avons lancé ce plan d'action dans toutes les directions, c'est-à-dire la recherche mais également dans la formation, dans la pépinière, c'est un enjeu important de renouveler notre vigne avec les jeunes plans, et également l'observation des maladies aux vignobles. Nous avons beaucoup investi dans la recherche : c'est quatorze programmes engagés près d'une centaine d'équipes mobilisées qui viennent d'autres disciplines, comme la forêt ou l'imagerie médicale, qui nous permet aujourd'hui de scanner des ceps de vigne, c'est un financement de 4,5 millions d'euros sur la recherche. Mais ces résultats produiront des résultats à moyen et long terme et il nous faut d'ores et déjà des solution à court terme. Deux ans après, c'est plus de trente actions lancées. Les premiers résultats, c'est des réseaux de viticulteurs-acteurs, il y a trois cents viticulteurs mobilisés dans ces réseaux pour développer la formation, tester ces nouvelles pratiques de taille en particulier, mais très rapidement tester des résultats qui vont être produits par la recherche.

Vous êtes à nouveau en ligne