"Tout est mort ici" : au Chili, la sécheresse a eu raison des touristes

FRANCINFO

Au Chili, la sécheresse des dix dernières années a radicalement changé le paysage. Certaines stations nautiques, désormais arides, n'accueillent plus de touristes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pendant des décennies, le lagon d'Acuelo (Chili) était une attraction touristique proche de la capitale Santiago. En 2010, les hôtels et les campings étaient remplis, mais en moins de dix ans, le lagon s'est asséché. "Le lagon est parti, le tourisme avec. Le camping est mort, les commerces aussi. Tout est mort ici", déplore Marco Contreras, employé d'un camping. Dans les années 1980, il pleuvait en moyenne 350 mm par an dans la zone. En 2018, on passe à 125 mm. "Mes grands-parents nous disaient qu'avant, il y avait une semaine de pluies torrentielles. Mais maintenant, s'il pleut deux jours pas an, on a de la chance", indique Camila Nunez, résidente des environs.

Une température qui augmentera jusqu'en 2030

Le réchauffement climatique n'est pas l'unique raison de cet assèchement. L'agriculture et l'urbanisation anarchique ont aussi leur part de responsabilité. Les spécialistes estiment que la température continuera d'augmenter jusqu’en 2030 et que les bassins hydrographiques du centre du Chili baisseront de 30%.

Vous êtes à nouveau en ligne