Suspicion de la présence d'antibiotiques dans du lait en Bretagne : le parquet de Saint-Brieuc annonce l'ouverture d'une enquête

Triskalia cible d\'une plainte pour avoir livré des aliments pour bovins contaminés.
Triskalia cible d'une plainte pour avoir livré des aliments pour bovins contaminés. (DAVID ADEMAS / MAXPPP)

Une enquête préliminaire va être ouverte à la suite de la plainte d'un éleveur des Côtes d'Armor, qui accuse Triskalia de lui avoir livré des aliments contaminés pour ses vaches.

Le parquet de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire dans les prochains jours dans l'affaire Triskalia, rapporte jeudi 30 août France Bleu Breizh Izel. L'enquête donne suite à la plainte d'un éleveur des Côtes-d'Armor, Christophe Thomas, contre la coopérative qui le fournit, après que son lait a pu être contaminé à la suite d'une erreur de livraison.

Le géant de l'agroalimentaire, poursuivi en 2016 par d'anciens salariés pour intoxication aux pesticides, fait l'objet d'une nouvelle plainte. Triskalia reconnaît dans cette affaire un dysfonctionnement : la livraison d'aliments pour lapins chez cet éleveur de vaches laitières.

Six vaches mortes, sept avortées

Christophe Thomas est formel, ces aliments ont contaminé son cheptel : six vaches sont mortes et sept ont subi un avortement. Après avoir effectué des analyses indépendantes, il indique avoir trouvé des antibiotiques qui pourraient rendre invendables l'ensemble du cheptel. De son côté, Triskalia dément formellement et précise que "des analyses sur le lait ont été faites à trois niveaux et qu'il n'y a jamais eu d'antibiotiques dans le lait de cet éleveur."

Vous êtes à nouveau en ligne