"Sortir de l'Europe serait une catastrophe pour les agriculteurs", prévient la FNSEA

Christiane Lambert, la présidente par intérim de la FNSEA, à Orléans, en février 2017. 
Christiane Lambert, la présidente par intérim de la FNSEA, à Orléans, en février 2017.  (ERIC MALOT / MAXPPP)

Selon Christiane Lambert, de la FNSEA, la sortie de l'UE de la France, proposées par certains candidats à la présidentielle, serait une mauvaise nouvelle pour les agriculteurs.

"L'agriculture va très mal et dans ce contexte particulièrement difficile, les politiques ne nous soutiennent pas assez", a regretté Christiane Lambert, la présidente par interim de la FNSEA, dimanche 6 mars sur franceinfo.

"Les Français disent qu'ils nous aiment à 87%, c'est bien, mais un certain nombre d'associations sont très critiques, qu'il s'agisse des écologistes ou des associations de protection des animaux, souligne-t-elle. Ils n'arrêtent pas de flinguer les agriculteurs, et je peux vous dire que les agriculteurs l'ont dit au président de la République, au Premier ministre. Ils ont des bleus au coeur en ce moment."

Mais si elle a pu rencontrer la plupart des candidats à la présidentielle qui sont passés par le Salon de l'agriculture, Christiane Lambert ne sait pas encore quel est le meilleur pour défendre les intérêts des agriculteurs. "Je n'ai pas réussi à le trouver au regard des programmes qu'ils nous ont présentés", dit-elle. Mais elle sait ce qu'elle ne veut pas : "Certains ont un mauvais programme. Ceux qui nous disent qu'il faut sortir de l'Europe sont mauvais pour l'agriculture."

Nous, nous voulons plus d'Europe et pas moins d'Europe ou pas d'Europe du tout comme certains candidats le disent".Christiane Lambert, de la FNSEAà franceinfo

Christiane Lambert note cependant que "le ferment est là pour que des agriculteurs votent pour le Front National" car ce vote "est surtout porté par des gens qui ont peur". Mais selon elle, "il faut dépasser les peurs et le vote de rejet pour regarder la réalité du programme. Pour les agriculteurs, sortir de l'Europe serait une catastrophe."

Vous êtes à nouveau en ligne