Sécheresse : Paris demande à l'UE une avance d'un milliard d'euros d'aides aux agriculteurs

Un élevage de bovins près de Lussat (Creuse), le 20 juillet 2019.
Un élevage de bovins près de Lussat (Creuse), le 20 juillet 2019. (GEORGES GOBET / AFP)

"Nous devons aider les agriculteurs en difficulté à passer ce cap difficile", déclare Didier Guillaume au "Parisien".

Le gouvernement va demander le versement anticipé d'une partie des aides européennes aux agriculteurs, a annoncé le ministre de l'Agriculture, dimanche 21 juillet. "En général, 50% des aides liées à la Politique agricole commune (PAC) sont attribuées à la mi-octobre. Nous allons demander à l'Union européenne de faire passer ce pourcentage de 50% à 70% et ce, dès le 16 octobre. Cela représentera un milliard d'euros d'avance de trésorerie supplémentaire", indique Didier Guillaume dans une interview au Parisien.

"Nous devons aider les agriculteurs en difficulté à passer ce cap difficile, notamment ceux qui ont du mal à nourrir leurs bêtes ou utilisent déjà les stocks de foin qui devaient être gardés pour cet automne et cet hiver", poursuit le ministre.

Neuf départements supplémentaires concernés par la clause de force majeure

Parmi les autres aides d'urgence, le ministre a annoncé que neuf départements supplémentaires seraient désormais concernés par la clause de force majeure "pour permettre aux éleveurs de faucher les jachères, pour pouvoir nourrir leurs animaux, car il n'y a tout simplement plus d'herbe dans les pâturages pour les alimenter".

Vingt-quatre départements du centre et du sud du pays étaient déjà concernés depuis le 1er juillet par cette mesure exceptionnelle, acceptée par l'Union européenne : Cher, Indre, Ain, Allier, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône, Ariège, Aude, Gard, Haute-Garonne, Gers, Hérault, Pyrénées orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne, Creuse, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse.

"Au vu de la gravité de la sécheresse actuelle, j'annonce que neuf autres départements auront également cette autorisation pour cas de force majeure : le Cantal, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, le Loiret, le Loir-et-Cher, la Haute-Savoie, le Jura, la Nièvre et le Haut-Rhin", indique Didier Guillaume, qui doit justement se rendre lundi en visite dans le Loir-et-Cher.

Vous êtes à nouveau en ligne