Pesticides : tensions autour des distances réglementaires près des habitations

FRANCE 2

Le gouvernement a évoqué samedi 7 septembre un décret mettant en place 5 ou 10 mètres de zone de non-propagation entre les champs traités aux pesticides et les habitations. De quoi mettre les associations en colère.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La colère de plusieurs maires et d'associations ne s'est pas fait attendre. En cause, la distance de 5 à 10 mètres entre une habitation et une zone d'épandage de pesticides avancée par le gouvernement pour un futur décret. Elle n'est selon eux pas suffisante. "Quand j'ai appris cette information, je n'y ai pas cru", a commenté Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), qui a vu son arrêté de distance de sécurité de 150 mètres annulé par la justice.

"La vraie question c'est la technique d'application"

"C'est l'application stricte de ce qui est écrit sur le produit", assure-t-il. La piste avancée est donc une distance de 5 mètres pour des cultures basses, et 10 mètres pour des cultures hautes. Des distances raccourcies en cas d'utilisation de certains moyens de pulvérisation adaptés. "Si on fait les traitements dans de bonnes conditions, le produit tombe sur place et ne s'envole pas", assure Christian Durlin, agriculteur dans le Pas-de-Calais. "La vraie question c'est la technique d'application, pas la zone de non-traitement", explique-t-il. Une consultation citoyenne sera lancée dès lundi 9 septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne