DIRECT. Pesticides nocifs pour les abeilles : Matignon confirme que le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction

Ce direct est terminé.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a déclaré lundi vouloir revenir sur la législation interdisant, sauf dérogation, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018.

Matignon a tranché. Dans un communiqué, le Premier ministre confirme, lundi 26 juin, que le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des insecticides de la famille des néonicotinoïdes. Une manière de mettre fin à la polémique lancée par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, qui avait déclaré vouloir revenir sur la législation interdisant, sauf dérogation, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018. Une position immédiatement contestée par son collègue de la Transition écologique, Nicolas Hulot. 

Travert laisse la porte ouverte à des aménagements. La législation française "n'est pas conforme avec le droit européen" qui est plus souple, a déclaré Stéphane Travert sur RMC-BFMTV, le ministre estimant que certains pesticides "n'ont pas de produit de substitution". Les néonicotinoïdes sont accusés d'être notamment responsables du déclin des abeilles. 

Hulot monte au créneau. "Il ne faut faire aucune concession, nous ne reviendrons pas sur ces acquis. Je veux être le garant de ce qu'ont fait mes prédécesseurs", a assuré Nicolas Hulot, en déplacement à Lyon, lundi 26 juin.

00h16 : Invité de BFMTV, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a estimé que Nicolas Hulot a "peut-être réagi trop vite". Il est revenu sur l'opposition entre les ministres Nicolas Hulot et Stéphane Travert au sujet des pesticides néonicotinoïdes.

16h33 : "Je peux être très conciliant sur certains sujets qui ne vont se régler du jour au lendemain. [Mais pour] tout ce qui concerne la santé, je pense qu'on a fait trop de concessions et on découvrira le désastre assez rapidement. Et croyez moi, certains en sont déjà victimes sans savoir les relations de cause à effet."




Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, est revenu sur la question des pesticides néonicotinoïdes, dont l'interdiction prochaine a été remise en cause par le ministre de l'Agriculture, lequel a été désavoué par le Premier ministre.



FRANCEINFO

16h17 : "Il y a eu un communiqué qui tranche ce petit incident et je suis certain qu'avec monsieur Travert (...), on va partager une vision et une grande ambition sur l'alimentation et le modèle agricole."

Nicolas Hulot a également évoqué le couac de la matinée sur les pesticides néonicotinoïdes, après l'intervention du ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert.

12h37 : Cet arbitrage a été pris lors d'une réunion organisée le 21 juin, précise encore Matignon. Et donc avant la prise de parole de Stéphane Travert, ce matin sur BFMTV. Le cabinet du Premier ministre évoque "les effets négatifs [des néonicotinoïdes] pour les insectes pollinisateurs".


12h36 : Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, avait ouvert la porte à un maintien de ces produits nocif pour les abeilles, avant un démenti du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Le chef du gouvernement a finalement tranché la question.

12h29 : Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, annonce un communiqué du Premier ministre Edouard Philippe.

11h56 : "Il ne faut faire aucune concession, nous ne reviendrons pas sur ces acquis. Je veux être le garant de ce qu'ont fait mes prédécesseurs."


En visite à Lyon, le ministre de la Transition écologique et solidaire assure que le gouvernement ne reviendra pas l'interdiction des néonicotinoïdes, pesticides nocifs pour les abeilles.

11h48 : Selon un texte préparatoire à un projet de loi, dévoilé par RMC ce matin, le gouvernement envisage de revenir sur l'interdiction de l'épandage aérien de pesticides et sur celle de néonicotinoïdes. Je réponds à quatre questions sur ce possible recul.

Un apiculteur de Campbon (Loire-Atlantique) montre des abeilles retrouvées mortes près de ses ruches, le 9 juin 2009. (FRANK PERRY / AFP)

11h17 : Les abeilles permettent la reproduction des fleurs ou des arbres fruitiers. C'est tuer ce qui nous permet de manger convenablement.

11h14 : Comme si on pouvait faire des compromis avec les abeilles ... Le ministre de l'agriculture devrait plutôt agir pour que le droit européen soit plus strict et pas que le droit français soit plus laxiste sur ces questions fondamentales, d'autant plus qu'elles font l'unanimité dans l'opinion. On rêve ....

11h10 : Stéphane Travert a laissé entendre que le gouvernement allait revenir sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Emmanuel Macron s'était pourtant engagé, pendant la campagne présidentielle, à confirmer l'interdiction de ces pesticides tueurs d'abeilles, rappelle Europe 1.



(EUROPE 1)

09h59 : Le gouvernement envisage-t-il de réautoriser les pesticides néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" ? Invité de BFMTV ce matin, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a confirmé l'information, et une réflexion sur un nouveau texte.

(BFM TV)

09h43 : Avec Hulot j'espère bien que ça ne passera pas !! Incroyable ! !

09h43 : Et bien espérons que Mr Hulot saura vous convaincre Monsieur le ministre de l'agriculture ! Ça serait un nouveau pas en arrière !

09h46 : La question des néonicotinoïdesfait débat au sein même du gouvernement. Alors que le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a annoncé il y a quelques minutes qu'il envisageait de revenir sur l'interdiction de ces pesticides nocifs pour les abeilles, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, affirme le contraire sur Twitter.

09h43 : Stéphane Travert a précisé que la question de l'utilisation des néonicotinoïdes doit encore être "discutée" avec Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. Une "proposition de loi" pourrait toutefois être présentée, car "le texte voté il y a un an n'est pas conforme avec les normes européennes", selon le ministre de l'Agriculture.

09h43 : "Un certain nombre de pesticides, estimés dangereux, ont été retirés du marché. D'autres produits connaissent des impasses techniques, parce qu'ils n'ont pas de substitut. Nous allons donc accorder des dérogations [pour certains néonicotinoïdes] pour permettre à nos agriculteurs de travailler."

09h44 : Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, annonce sur BFM TV que des "dérogations" vont être accordées sur un certain nombre de néonicotinoïdes "tant que nous n'aurons pas trouvé de produits de substitution". Ces pesticides, nocifs pour les abeilles, ont été interdits en France par une loi votée l'année dernière.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne